fbpx
Kapt Media
Politics World

USA : Les informations erronées de la COVID incitent l’administration Biden à se tourner vers les réseaux sociaux

Le président Joe Biden a été critiqué vendredi par un collaborateur anonyme sur Facebook, après que son administration a commencé à mener une guerre contre les entreprises technologiques cette semaine, les accusant de diffuser de fausses informations sur les vaccins COVID-19.

Pourquoi une telle situation ?

Alors qu’il se trouvait à l’extérieur de la Maison Blanche vendredi, un journaliste a demandé à M. Biden quel était son message pour les « plateformes comme Facebook » concernant les fausses informations sur la COVID-19.

« Ils sont en train de tuer des gens », a répondu M. Biden. « La seule pandémie que nous avons est parmi les personnes non vaccinées, et elles tuent des gens ».

Joe Biden

L’accusation de Biden a suivi le communiqué de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, admettant que la Maison Blanche prend des mesures contre ce que l’administration Biden considère comme des « posts problématiques » sur les réseaux sociaux au sujet de la pandémie.

« En termes d’actions … que nous avons prises, ou que nous nous efforçons de prendre, je devrais dire, au niveau du gouvernement fédéral, nous avons augmenté la recherche et le suivi de la désinformation au sein du bureau du Surgeon General. Nous signalons à Facebook les publications problématiques qui diffusent de la désinformation ».

Psaki

Mme Psaki a par la suite nié que l’administration Biden « espionne » une personne en particulier, mais a déclaré que les personnes qui sont bannies d’une plateforme de réseaux sociaux pour avoir partagé de prétendues fausses informations devraient être bannies d’autres plateformes de réseaux sociaux.

« Vous ne devriez pas être banni d’une plateforme et pas des autres pour avoir fourni des informations erronées ».

Psaki

Que déclare le porte-parole ?

Le responsable de Facebook, dont le journaliste Dylan Byers a indiqué qu’il relayait le sentiment des dirigeants de Facebook, a affirmé que l’administration Biden utilisait Facebook comme « bouc émissaire » après avoir échoué à tenir ses promesses en matière de vaccins.

« Dans des échanges privés, le Surgeon General a fait l’éloge de notre travail, y compris de nos efforts pour informer les gens sur la COVID-19. Ils savaient ce qu’ils faisaient. La Maison Blanche cherche des boucs émissaires pour avoir manqué ses objectifs en matière de vaccins », a déclaré le porte-parole.

L’accusation a suivi la publication par Facebook d’une déclaration officielle condamnant les remarques de M. Biden.

« Nous ne nous laisserons pas distraire par des accusations qui ne sont pas étayées par les faits », indique cette déclaration. « Le fait est que plus de 2 milliards de personnes ont consulté des informations faisant autorité sur la COVID-19 et les vaccins sur Facebook, ce qui est plus que n’importe quel autre endroit sur Internet. Plus de 3,3 millions d’Américains ont également utilisé notre outil de recherche de vaccins pour savoir où et comment se faire vacciner. Les faits montrent que Facebook contribue à sauver des vies. Point final ».

En quoi consistait le programme de vaccination ?

Lorsque M. Biden est entré en fonction, il a promis que 70 % des adultes américains recevraient au moins une injection de vaccin COVID-19 d’ici au 4 juillet. L’administration a manqué cet objectif de plusieurs millions de personnes.

Related posts

Soudan du Sud : Dissolution du Parlement par Salva Kiir

marie Lisette Zogo

Le président du Barça, Laporta, affirme que le club n’a pas les moyens pour garder Messi

Franklin NIMPA

Zambie : Hakainde Hichilema, grand vainqueur de l’élection présidentielle

marie Lisette Zogo

Une blague apparente du président salvadorien qui se déclare « dictateur »

Franklin NIMPA

CAN 2021: Les séparatistes envoient de nouveaux avertissements

Armense Nya

Nigeria : Une dame de 102 ans déclare vouloir se présenter à la présidence en 2023

Franklin NIMPA

Leave a Comment