fbpx
Kapt Media
Diaspora

Un entrepreneur d’origine camerounaise tente de rendre le football africain plus transparent

Le football est le sport le plus populaire d’Afrique, mais trouver des données complètes sur le jeu sur le continent pour aider à la prise de décision est souvent une tâche difficile. Parfois, les données ne sont pas disponibles, ou elles sont fragmentées.

Rainbow Sports Group, une société basée aux États-Unis qui fournit des solutions de gestion, de marketing et de médias aux agences sportives et aux joueurs de football africains, a lancé le 14 mars une plateforme interactive de données sur le football africain.

L’African Football Data Center présente des informations sur la valeur des joueurs, les contrats de sponsoring, les revenus de diffusion, les stades et les performances des joueurs, des fédérations et des compétitions sur les réseaux sociaux. Son fondateur d’origine camerounaise affirme qu’il a le potentiel de transformer les opinions subjectives en faits concrets. Il pourrait également accroître la transparence dans un secteur où règne une corruption débilitante.

Les acteurs du football ont besoin d’informations

« Lorsque vous n’avez pas d’avis scientifique, cela devient très subjectif », explique à Quartz Kingsley Pungong, PDG de Rainbow Sports Global. « Et quand c’est subjectif, ça devient un sujet d’interprétations variées. C’est pourquoi notre football n’est principalement pas apprécié parce que tout le monde a une opinion subjective. »

Kingsley Pungong

Pungong ajoute que le manque de données appropriées sur le football africain entraîne une sous-évaluation des joueurs, des clubs et des autres actifs sportifs du continent.

Le problème des données sur le football africain

Il peut être difficile d’obtenir des données approfondies sur le football africain.

Les agents, les responsables du marketing et les autres parties prenantes sur le continent peuvent utiliser les sites web mondiaux de football qui fournissent des mises à jour et des résultats, mais ceux-ci ne sont pas axés sur l’Afrique et vont rarement au-delà des chiffres généraux comme les scores des matchs. Ils ont besoin de données plus détaillées sur les joueurs, les clubs et les ligues.

Les sites web peuvent également ne pas être fiables, selon Michael Mwebe, consultant basé à Dar-es-Salaam pour Siyavuma Sports Group, une société sud-africaine de gestion sportive. En janvier, par exemple, alors qu’il échangeait un joueur de football avec un club ougandais, il n’a pas pu déterminer le nombre de buts que le joueur avait marqués l’année précédente. Un site Internet indiquait 11 buts, un autre 13, et le joueur lui-même disait en avoir marqué 14.

Ces lacunes obligent les agents de football et les autres parties prenantes à utiliser des canaux « informels » pour obtenir des informations sur le sport sur le continent, explique M. Mwebe.

Il y a cependant des exceptions en matière de disponibilité des données : les statistiques sur les footballeurs qui ont joué pour leur équipe nationale ou dans la Ligue des champions de la CAF, le plus haut niveau du football de club africain, sont par exemple plus facilement disponible.

Comment fonctionne l’African Football Data Center ?

L’African Football Data Center dispose d’une équipe de recherche qui collecte des données primaires sur Internet et travaille avec les fédérations, les ligues et les joueurs de football du continent. Il a été développé en partenariat avec KPMG Football Benchmark, qui propose des outils d’analyse des performances opérationnelles, financières et numériques des clubs de football.

Rainbow Sports Group prévoit également de s’associer à des clubs en Afrique pour pouvoir collecter des données sur leurs joueurs.

« Si vous voulez dire que ce gars est assez bon pour le Bayern Munich, vous ne le dites pas comme une opinion subjective, vous le dites sur la base d’une affirmation scientifique », dit Pungong.

Kingsley Pungong

Related posts

Diaspora : Un ressortissant camerounais plaide coupable dans une affaire d’escroquerie en ligne concernant des chiots

Franklin NIMPA

Deux ressortissants camerounais arrêtés à Bengaluru pour séjour illégal

Franklin NIMPA

Diaspora : Des Camerounais vivant aux États-Unis qualifient l’ambassade de pire au monde et demandent sa fermeture pour cause de corruption et de négligence

Franklin NIMPA

Diaspora : les Lions Indomptables du scrabble reçus par l’ambassadeur du Cameroun

Franklin NIMPA

Mise en garde du gouvernement camerounais au sujet de l’introduction du livre biafrane par la BNL

Franklin NIMPA

Diaspora : La traite des êtres humains suscite l’inquiétude dans une Chypre divisée

Franklin NIMPA

Leave a Comment