fbpx
Kapt Media
Africa

Tchad : La vie n’est plus qu’une question d’argent pour certains habitants

Une vie humaine vaut-elle un prix ? Pas du tout, puisqu’elle est plutôt gratuite dans le contexte actuel. Des gens sont abattus pour quelques billets de banque, pour une simple prise, ou même en classe, pour une simple plaisanterie. On se tranche la gorge, on s’arrache les tripes pour un téléphone Android, pour une moto, pour se venger de l’infidélité d’un partenaire.

Dans la journée du 4 août, l’ancien directeur des douanes, Abdelkérim Ahmat Charfadine, a échappé de peu à une fusillade. Plusieurs sources laissent entendre qu’il s’agit d’un règlement de comptes. Quelques semaines auparavant, un jeune homme à moto avait été abattu sur l’avenue Maldom Bada Abbas par deux jeunes à bord d’une Toyota sans immatriculation aux vitres sombres.

De même, il y a environ deux mois, deux cadres de la célèbre douane ont offert un spectacle qui a défié la faible justice tchadienne. En effet, un chef hiérarchique a abattu son subordonné dans les murs du parquet de N’Djamena. La cause en est que le chef est monté sur ses grands chevaux parce que le subordonné a refusé de lui payer trois millions de dollars, qu’il lui avait réclamés. Le comble de la défiance a été l’assassinat du procureur d’Oum-hadjer en juin, obligeant les magistrats à observer une grève et à réclamer collectivement une autorisation de port d’armes.

Aux alentours de la capitale, les meurtres au couteau ne surprennent plus la population, tant elle y est habituée. À Chagoua, il y a quelques semaines, une femme libérée de prison après avoir purgé toute sa peine a été mortellement poignardée. Il s’agit probablement d’une vengeance, car la victime avait frappé son mari avec un pilon. Une autre femme du même quartier a subi le même sort, car son mari l’accusait d’infidélité.

La défaillance de l’État et l’inefficacité de la police

Ces criminels ont le même mode opératoire. Ils se cachent dans des véhicules non immatriculés aux vitres teintées pendant que le gouvernement enfume ces voitures avec des interdictions. Le menu fretin au volant d’une voiture aux vitres teintées ne peut échapper aux filets de la commission mixte. La commission se lasse progressivement de son mandat. D’ailleurs, un mois seulement après le contrôle, les propriétaires de ces voitures ne sont plus inquiets.

Des patrouilles de police nocturnes, rares, sont effectuées dans les rues principales. Les policiers, mal équipés et lâches, craignent pour leur vie. « Nous n’avons pas de carburant », répondent les policiers lorsqu’on leur demande de cacher leur lâcheté. Curieusement, ils disposent de plusieurs barils de carburant pour réprimer violemment les manifestations. Les milices d’autodéfense étant interdites, seul Allah continuera à protéger les Tchadiens.

Related posts

Ma famille : Angéline Nadié, « la belle-mère de Delta » est décédée

marie Lisette Zogo

Tabaski au Tchad : le président du CMT était a la mosquée roi Fayçal

marie Lisette Zogo

Ambazonie : « Nous n’avons aucune similitude avec le mouvement IPOB de Nnamdi Kanu »

Franklin NIMPA

RCA : Un procès pour crimes de guerre en République centrafricaine a été reporté après la défection d’un avocat.

Franklin NIMPA

Mali : L’armée dit avoir découvert un charnier près d’une ancienne base française

Franklin NIMPA

Mali : Le Colonel Goïta dédie deux tiers de ses fonds Présidentiel personnels à des œuvres sociales

Franklin NIMPA

Leave a Comment