fbpx
Kapt Media
Africa Politics

Sommet sur le financement des économies africaines : une initiative de la France

Un sommet s’est tenu mardi dernier à Paris dans le but de réagir au « choc économique » que la pandémie de COVID-19 a causé et surtout pour combattre l’endettement et aider les secteurs privés. Dans ce ballet politique, Emmanuel Macron et 17 autres chefs d’Etats et de gouvernements africains ce sont penchés sur le thème : « Comment aider le continent africain à surmonter la crise du coronavirus » un thème qui avait pour but de donner l’état des lieux sur l’efficacité des systèmes de santé en Afrique et aussi sur leur capacité à faire face à la pandémie qui menace actuellement plusieurs pays. Le FMI, la Banque mondiale et aussi la Banque africaine de développement étaient tous de la partie.

Quels sont les causes de cet endettement  ?

Ce sommet qui a débuté à 13 heures (heures de Paris) était centré sur deux point principales principales à savoir :

1- Financer et traiter la dette publique,

2-Financer et traiter la dette du secteur privé africain.

Il est vrai que les pays africains ont été relativement épargnés par la pandémie, son économie quant à elle connait une récession de 2,1%, quelque chose qui n’a pas été vécu en Afrique depuis près de vingt-cinq ans. Les causes de cette crise sont notamment:

D’un la dépendance de l’Afrique dans les échanges avec le reste du monde, l’Afrique exporte des matières premières, mais ne les transforme pas, et surtout les dettes contractées sont énormes et la corruption bat son plein dans le continent.

Mais quels sont les impacts sur le long terme ?

Bien qu’une croissance de 3,4% pour l’Afrique subsaharienne est attendu par le FMI, il est quand même à déplorer que la contraction de 1,9% qui a été vu en 2020 est ce qui a amené cette hausse de la pauvreté et selon le FMI toujours, la vie ne retrouvera pas son cours normal avant 2025 et surtout 39 millions d’africains pourraient tomber dans l’extrême pauvreté et le besoin de financement cumulé de l’Afrique subsaharienne s’élève à 290 milliards de dollars.

Comment faire pour leur venir en aide ?

Des plans bilatéraux ou encore multilatéraux ont été engendrés par les organisations internationales et l’union européenne ou la Banque mondiale a déjà injecté quelques milliards. D’après le président togolais Fauré Gnassingbé, « Il n’y aura pas de relance forte sans l’amélioration des conditions de financement, en Afrique et à l’international, du secteur privé africain ». Un recours au DTS (Droits de tirages spéciaux) du FMI a été pensé et avec celui-ci, le FMI débloquera des crédits s’élevant à 650 milliards de dollars avec 34 milliards destinés à l’Afrique.

C’est par une conférence de presse que le sommet s’est clôturé avec le président de la Rep démocratique du Congo Felix Tshisekedi qui était là en tant que représentant de l’Union africaine, le président Macky Sall et surtout Kristalina Georgieva, directrice générale du FMI.

Related posts

Tchad : Les origines de la situation difficile du football Tchadien

Franklin NIMPA

Sondage : Samuel Eto’o Fils personnalité la plus aimée d’Afrique

marie Lisette Zogo

Élections présidentielles en France: Vers l’interdiction des prénoms musulmans?

Armense Nya

Gabon : Aubameyang diagnostiqué avec des « lésions cardiaques » après avoir quitté l’isolement COVID

Franklin NIMPA

RDC-Assassinat de l’ambassadeur italien : Deux suspects interpellés

marie Lisette Zogo

U.S.A : Le Président Biden promet un partenariat avec l’Afrique

kaptmedia

Leave a Comment