fbpx
Kapt Media
Diaspora

Monde : Des manifestants se rassemblent devant l’hôtel du président camerounais à Genève

Une centaine de manifestants se sont rassemblés samedi à Genève contre le président camerounais Paul Biya, qui séjourne dans l’un des meilleurs hôtels de la ville suisse.

La police a utilisé des gaz lacrymogènes, des canons à eau et des balles en caoutchouc pour disperser les manifestants qui ont protesté pendant plusieurs heures près de l’hôtel Intercontinental, où le dirigeant de 88 ans séjourne depuis au moins dimanche.

L’hôtel est régulièrement utilisé par les dirigeants étrangers en visite et le président américain Joe Biden y a séjourné avant son sommet avec le président russe Vladimir Poutine le mois dernier. Biya est un visiteur privé occasionnel.

Une lutte amère pour l’indépendance menée par des rebelles anglophones fait rage dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest (NOSO) du Cameroun depuis 2017.

Les membres de la minorité anglophone des provinces les plus occidentales du pays se plaignent depuis longtemps d’être marginalisés par la majorité francophone et par Biya, au pouvoir depuis 38 ans.

Depuis 2017, leurs protestations ont dégénéré en un conflit sanglant.

La manifestation de samedi à Genève a d’abord été autorisée, puis interdite, la police craignant que cette manifestation ne déborde.

Des restrictions routières ont été imposées autour de l’Intercontinental et de la place voisine devant le siège des Nations unies dans la ville.

Les manifestants ont été confrontés à une ligne de policiers en tenue anti-émeute bloquant la route menant de la place à l’hôtel.

Ils brandissaient des pancartes artisanales sur lesquelles on pouvait lire : « La Suisse soutient le dictateur Biya », « Paul Biya : éternel dictateur », « Nous ne voulons plus de toi en Suisse tant que NOSO est en guerre », et « Biya dégage ».

Un homme portait un t-shirt sur lequel on pouvait lire « Stop au génocide des Camerounais ».

Un autre homme a été arrêté par la police après avoir tenté d’escalader les grilles de l’ONU.

Selon l’agence de presse suisse ATS, les manifestants ont ensuite tenté à plusieurs reprises de forcer le cordon de police et ont lancé des œufs sur les agents.

La police a alors déployé des canons à eau, des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes pour dégager la manifestation, obligeant les manifestants à se disperser dans plusieurs parcs.

Deux personnes ont été légèrement blessées et emmenées à l’hôpital pour des contrôles, tandis qu’une personne a été arrêtée.

Depuis le début de la visite de M. Biya, plusieurs petits groupes d’opposants ont été dispersés par les autorités.

Trois personnes ont été arrêtées en début de semaine, tandis qu’une douzaine d’autres ont été placées en détention vendredi.

Au Cameroun, les Nations unies et les groupes d’aide internationale affirment que depuis le début des troubles en 2017, les troupes de l’armée et les rebelles anglophones ont commis des abus et des crimes contre les civils.

Plus de 3 500 personnes ont été tuées et plus de 700 000 ont fui leur foyer pour échapper au conflit.

Related posts

Les circonstances de la mort d’une Camerounaise quelques heures après l’obtention de sa résidence au Japon étaient-elles évitables ? (Acte 2)

Franklin NIMPA

Diaspora : Un ressortissant camerounais plaide coupable dans une affaire d’escroquerie en ligne concernant des chiots

Franklin NIMPA

Porta Potty Dubai : Signification et Témoignages des célèbres influenceuses d’Instagram

Franklin NIMPA

États-Unis : Restrictions de visas en raison de la crise séparatiste au Cameroun

Franklin NIMPA

Espagne : Un juge ordonne l’enregistrement d’un enfant « apatride »

Franklin NIMPA

J.O Tokyo 2020 – Des encouragements particuliers pour Tchatchet, haltérophile réfugié du groupe B

Franklin NIMPA

Leave a Comment