fbpx
Kapt Media
Africa

Mesures prises par les ministres africains du logement pour investir dans le logement abordable

Les ministres africains du logement ont conçu un plan d’action de 40 ans pour investir dans des initiatives de logement abordable sur le continent.

Cette initiative a été prise à l’issue de l’assemblée générale de Shelter Afrique, qui s’est tenue jeudi soir à Yaoundé, la capitale du Cameroun.

« La réunion de Yaoundé a permis aux ministres du logement de se regarder en face et de se dire la vérité. L’industrie du logement créera de nombreuses opportunités d’emploi sur le continent si nous réalisons les bons investissements ».

Célestine Ketcha Courtes, ministre camerounaise de l’habitat et du développement urbain, qui a succédé au Kenya à la présidence de l’assemblée

En effet, le continent est confronté à un taux d’urbanisation rapide, ce qui accroît la demande d’unités de logement, ont indiqué les responsables.

« La croissance exponentielle des personnes qui s’installent dans les villes n’est pas à la hauteur des logements disponibles et les gouvernements africains n’ont pas l’argent nécessaire pour construire les logements requis. C’est pourquoi nous devons continuer à travailler avec le secteur privé ».

Daniel Garwe, ministre zimbabwéen du logement national et des équipements sociaux

« Le terrain est très important pour le logement abordable, et l’acquisition de terrains en Afrique est très difficile et fastidieuse. Ce que nous faisons au Ghana, c’est d’acquérir des terrains, de les vendre, de les donner aux investisseurs, puis de nous pencher sur les aspects de financement et de commercialisation par le biais du financement hypothécaire ».

Ajouté Freda Akosua Prempeh, ministre d’État ghanéen des travaux et du logement

Parmi les résolutions, l’une d’elles souligne la nécessité d’utiliser des matériaux locaux dans la construction d’infrastructures, a déclaré James Wainaina Macharia, secrétaire d’État kenyan aux transports, aux infrastructures, au logement et au développement urbain.

« La chaîne d’approvisionnement, des matériaux à la main-d’œuvre, doit être locale. Si nous ne nous concentrons pas sur la production locale, le coût de construction des maisons sera très élevé et il n’y aura pas d’emplois ».

James Wainaina Macharia

Au cours de l’assemblée de quatre jours de Shelter Afrique, il a également été convenu de stimuler la recherche dans le domaine de l’habitat et de mettre en place des mécanismes financiers.

« Nous avons atteint la viabilité financière et fait des bénéfices en 2020, et notre viabilité financière montre maintenant notre pertinence pour nos actionnaires. Nous sommes convaincus que chaque pays qui contribue à Shelter Afrique sera en mesure d’obtenir des prêts pour financer ses projets ».

Andrew Chimphondah, directeur général de Shelter Afrique.

Avec son siège social à Nairobi, Kenya, Shelter Afrique est une institution financière panafricaine qui soutient le développement du secteur de l’habitat et de l’immobilier en Afrique.

Related posts

Somalie : Une voiture piégée visant un convoi tue au moins 8 personnes

Franklin NIMPA

BBNaija S6 : Le vainqueur de la compétition Whitemoney hospitalisé

Franklin NIMPA

RCA construit son port à MONGOUMBA sur le corridor fluvial BRAZZAVILLE-BANGUI

marie Lisette Zogo

Tour du Cameroun : Le 17e tour international remporté par Clovis Kamzong

marie Lisette Zogo

Burkina-Faso : La CEDEAO condamne avec fermeté le coup d’État dans le pays

marie Lisette Zogo

Génocide rwandais : Retour prochain d’un ambassadeur français au Rwanda

marie Lisette Zogo

Leave a Comment