fbpx
Kapt Media
Africa Politics

Mali : Le Secrétaire général de l’ONU demande un calendrier électoral

Le chef des Nations Unies a exhorté jeudi les chefs militaires maliens à accélérer la transition vers la démocratie, exprimant sa grande inquiétude quant à leur récente annonce de reporter les élections du mois prochain à 2026.

Le Secrétaire général António Guterres a déclaré aux journalistes qu’il est absolument essentiel que le gouvernement malien présente un calendrier acceptable du point de vue des élections.

António Guterres a indiqué qu’il s’était entretenu avec les présidents du Ghana, du Sénégal et du Nigéria, le ministre des affaires étrangères de l’Algérie et le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, et qu’il espérait entrer prochainement en contact avec le gouvernement malien au sujet du report des élections.

Le Ghana est à la tête du bloc régional ouest-africain CEDEAO, qui a réagi dimanche à l’annonce par le président Assimi Goitas du report des élections en imposant de nouvelles sanctions au Mali, en suspendant la plupart des aides commerciales et financières et en fermant les frontières terrestres et aériennes avec les autres membres de la CEDEAO. Il a également activé la force d’intervention des blocs, affirmant qu’elle devra être prête à toute éventualité.

António Guterres a déclaré qu’il travaillait avec la CEDEAO et l’UA pour créer les conditions permettant au gouvernement du Mali d’adopter une position raisonnable et acceptable afin d’accélérer une transition qui dure déjà depuis longtemps et de rétablir des relations normales entre cet État et la communauté internationale, et la CEDEAO en particulier.

Le Mali lutte pour contenir une insurrection extrémiste islamique depuis 2012. Les rebelles extrémistes ont été chassés du pouvoir dans les villes du nord du Mali Avec l’aide d’une opération militaire dirigée par la France, mais ils se sont regroupés dans le désert et ont commencé à lancer des attaques contre l’armée malienne et ses alliés. L’insécurité s’est aggravée avec des attaques contre les civils et les soldats de la paix de l’ONU.

En août 2020, le président malien Boubacar Ibrahim Keita a été renversé par un coup d’État auquel participait Goita, alors colonel de l’armée. La lune dernière, Goita a prêté serment en tant que président d’un gouvernement de transition après avoir perpétré son deuxième coup d’État en neuf mois. La junte avait initialement accepté d’organiser de nouvelles élections fin février, mais les dirigeants militaires ont déclaré au début du mois qu’ils reportaient les élections à 2026 en raison de l’insécurité grandissante dans le pays, ce qui permettrait à Goita de rester quatre ans de plus au pouvoir.

Goita a exhorté la CEDEAO à reconsidérer les sanctions et a déclaré qu’il était ouvert à la coopération avec le bloc régional.

António Guterres a noté que la CEDEAO a déclaré que si le gouvernement malien présentait un calendrier électoral acceptable et prenait des mesures dans ce sens, cela pourrait conduire à une levée progressive des sanctions.

Related posts

Cameroun : Des civiles fuient après une attaque meurtrière de Boko Haram

Franklin NIMPA

Angola : Décès de la chanteuse Juelma Paraíso suite à une maladie

Franklin NIMPA

Zambie : Des élections teintées par des dettes économiques

marie Lisette Zogo

Présidentielles -Lybie: la candidature du fils de Khadafi maintenue

Armense Nya

Sénégal/États-Unis: signature d’accords de partenariat

Armense Nya

Bénin : Comparution de l’opposant Joël Aïvo pour atteinte à la sûreté de l’État

Armense Nya

Leave a Comment