fbpx
Kapt Media
Africa World

Le satellite Starlink d’Elon Musk sera lancé en Afrique du Sud en 2022

L’internet n’est plus seulement un moyen d’information et de communication, mais un besoin fondamental dont beaucoup d’entre nous ont besoin pour mener à bien leur travail.

Cependant, alors que la plupart de ces villes sont dotées de réseaux de fibres optiques rapides qui nous permettent de profiter d’un monde connecté (même si c’est hors de prix), de nombreuses régions d’Afrique du Sud (et surtout de l’ensemble du continent africain) n’ont pas un accès suffisant à Internet.

SpaceX, la société d’Elon Musk, prévoit de résoudre le problème de l’accès à l’internet dans les régions reculées du monde grâce à son service Starlink, qui consiste à envoyer un certain nombre de satellites interconnectés dans l’espace. Ceux-ci traverseront la majeure partie du globe et permettront aux gens de se connecter depuis des endroits reculés où les câbles en fibre optique et l’infrastructure 5G ne sont pas encore parvenus, leur donnant ainsi accès à un service internet rapide (bien qu’avec une latence légèrement supérieure à celle de la fibre optique).

Contrairement à certains des derniers services de streaming qui semblent penser que notre planète n’existe pas, Starlink s’assure que l’Afrique du Sud aura accès à son service plus tôt que prévu. En effet, la société a annoncé (comme le rapporte Business Insider) que son lancement officiel dans le pays aura lieu en 2022.

La date de lancement n’est pas précisée et l’entreprise n’a pas encore révélé le montant de l’abonnement mensuel et le coût de l’équipement, mais les clients devront verser un dépôt de 99 dollars (1 441 euros) pour obtenir un accès prioritaire dans leurs régions respectives. Ce montant peut sembler un peu élevé pour certains, mais il pourrait s’avérer utile en cas de besoin de connectivité, notamment dans les endroits reculés.

Starlink est toujours en phase bêta dans certains pays comme les États-Unis, le Canada, le Royaume-Uni, l’Allemagne, la Pologne, la Nouvelle-Zélande et l’Australie, et peut apparemment atteindre des vitesses comprises entre 50 et 150 Mbps avec une latence de 20 à 40 ms. Cependant, le service dépendrait également de la météo. Le véritable test sera cependant la mise en service dans des endroits comme l’Afrique, qui pourrait bénéficier le plus de sa technologie et des plus de 1400 petits satellites qu’elle prétend avoir lancés jusqu’à présent pour le projet.

Related posts

Coupe d’Afrique de Handball Féminin – L’équipe camerounaise se prépare

Franklin NIMPA

Burkina Faso : Onze officiers morts, quatre personnes portées disparues

Franklin NIMPA

Cameroun : le festival du film célèbre les films locaux, boosté par Netflix

Franklin NIMPA

Côte d’Ivoire : Clap de fin pour Patrice Beaumelle et la sélection ivoirienne de football

marie Lisette Zogo

Jeux Olympiques de Tokyo : Un ougandais testé positif au COVID-19

marie Lisette Zogo

COVID-19: L’Afrique du Sud en phase de fabriquer des vaccins

marie Lisette Zogo

Leave a Comment