fbpx
Kapt Media
Economy

Le gouvernement veut briser le monopole de Congelcam

C’est une révélation du rapport d’analyse du Document de programmation économique et budgétaire déposé le 4 juillet 2021 à l’Assemblée nationale, en prélude au débat d’orientation budgétaire précédant l’élaboration du budget de l’État pour l’année 2022,le gouvernement a engagé une réflexion au sein du MINCOMERCE pour briser le monopole de CONGELCAM qui importe environ 80% du poisson congelé consommé dans le pays.

Au-delà de la concurrence déloyale à laquelle se livre Congelcam (Importateur, grossiste, détaillant) , il est inconcevable qu’avec la faune halieutique aussi riche que celle du Cameroun ajoute à cela les techniques d’élevages du poisson d’eau douce, le pays paralyse tous les ans sa balance de paiement avec un volume d’importation de poisson estime pour l’année 2020 a plus de 100 milliards de FCFA.

Le Cameroun dispose d’un peu plus de 400 km de pan de cotes riches en poissons sans oublier la pèche autour des barrages. Un autre paradoxe  « J’observe que le Nigeria voisin absorbe plus de 70 à 80 % de la production locale du poisson produit dans la Bénoué. », soutient un responsable en service à la délégation régionale du ministère de l’Élevage, des Pêches et des Industries animales (Minepia) pour le Nord.

En effet, selon une enquête réalisée par Investir au Cameroun , en plus de la production des pêcheurs nigérians qui se livrent à une intense activité de pêche sur le fleuve Bénoué, une bonne partie de la production des pêcheurs camerounais est exportée vers le Nigeria, où la demande est forte et les prix plus rémunérateurs. « Il faut que les pouvoirs publics s’assurent que le marché local est suffisamment bien approvisionné, avant d’accepter que le reste de la production soit importé. », suggère le responsable du Minepia susmentionné.

Il n’y a pas que le grand nord, car, à la suite de ses révélations, de sources officielles, la majeure partie des produits halieutiques capturés dans les régions du Littoral et du Sud-Ouest du pays se retrouvent généralement sur le marché nigérian.

Il en est de même du poisson pêché dans la retenue du barrage de Lom Pangar construit dans la région de l’Est du Cameroun, infrastructure autour de laquelle s’affairent de nos jours plus de 5000 pêcheurs, dont plus de 80% d’étrangers alimentant des circuits d’approvisionnement dans leurs pays respectifs.

Depuis le lancement des programmes agropoles, plusieurs projets d’élevages de poissons ont vu le jour, bénéficiant des milliards de financements par l’état du Cameroun. Sangmelima, Bankim, Massoumbou, Nyong, Abong Mbang, Bazou, toutes ces localités ont bénéficié des milliards de financements de l’état pour booster la production nationale à partir de l’élevage.

En 2020 avec une consommation interne estimée à 400 000 Tonnes de produits halieutiques le Cameroun a importé près de 200 000 tonnes malgré les dizaines de programmes agropoles poissons financés par l’état sur l’étendue du territoire depuis plus de 8 ans.

Related posts

Diversification dans le secteur du pétrole et du gaz au Cameroun par Dangote

Franklin NIMPA

Gabon : Un Sommet pour développer et exploiter le potentiel gazier du pays

Franklin NIMPA

Cameroun : un partenariat avec Fortescue Metals pour la production d’hydrogène vert.

Franklin NIMPA

Monde : La Libye peut-elle redevenir un géant mondial du pétrole et du gaz ?

Franklin NIMPA

Réalisation de la ligne de transport d’électricité Nyabizan-Yaoundé au Cameroun prévue pour le mois de septembre

Franklin NIMPA

Leave a Comment