fbpx
Kapt Media
Society

Archevêque Andrew Nkea Fuanya : les effets de la guerre sécessionniste sont très dévastateurs

Mgr Nkea est l’archevêque de Bamenda et l’archevêque métropolitain de tout le territoire englobant les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun, qui parlent l’anglais par opposition au français utilisé dans le reste du pays.

Des combats ont éclaté dans les régions anglophones du Cameroun il y a cinq ans, lorsque des avocats et des enseignants se sont mis en grève pour protester contre les tentatives du gouvernement de supprimer les systèmes éducatifs communs waw et britannique hérités de leurs colonisateurs anglais.

Les manifestations ont été violemment réprimées par le gouvernement central, et un mouvement séparatiste a commencé à chercher à créer une nouvelle nation – appelée Ambazonie – pour les 20 % du pays qui parlent anglais.

« Il est clair que cette crise dure depuis trop longtemps pour qu’aucun d’entre nous ne soit indifférent ou ne cherche à la justifier », a déclaré M. Nkea lors du 6e Congrès national de l’Association des hommes catholiques, qui s’est achevé dimanche à Yaoundé.

« Les effets de la guerre ont été dévastateurs et les faits sur le terrain sont là pour que tout le monde puisse les voir : Des villages et des institutions ont été brûlés et sont aujourd’hui laissés en ruines ; des milliers de pauvres sont déplacés à l’intérieur du pays et d’autres sont devenus des réfugiés dans les pays voisins, vivant dans des conditions humaines horribles ; des milliers de vies humaines ont été perdues et les atrocités commises contre des civils innocents ont été scandaleuses ».

M. Nkea

Selon les Nations unies, les combats ont fait au moins 3 500 morts et forcé plus d’un million de personnes à quitter leur foyer. Les séparatistes ont également imposé un boycott scolaire dans les deux provinces, empêchant les enfants de recevoir une éducation pendant des années.

« En fait, personne ne nous donnera probablement jamais les chiffres réels de notre peuple qui a été tué ou simplement porté disparu. Certains sont morts sous le choc de ce qu’ils ont vu et vécu ».

M. Nkea

Il a noté que les combattants ne semblent pas respecter les conventions internationales ou les lois de la guerre, faisant de tout un chacun une cible pour les enlèvements, les arrestations arbitraires et la torture.

« Par conséquent, toute la population des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest vit dans la peur et l’insécurité. Nous avons perdu la plupart de nos jeunes hommes et femmes talentueux. Un bon nombre de nos institutions et de nos héritages culturels ont été détruits et une grande majorité de notre peuple souffre encore au moment où nous écrivons cette lettre pastorale. Les enlèvements, les fusillades, les combats et les meurtres se poursuivent dans diverses zones de nos deux régions touchées, et il ne semble pas y avoir de signe clair que cela va bientôt s’arrêter ».

M. Nkea

S’adressant à la réunion des hommes, Nkea a noté que cela « fait partie de notre paternité responsable de veiller à ce que nos enfants aillent à l’école et à ce que notre environnement soit suffisamment sûr et paisible pour que nos familles puissent vivre heureusement ».

« C’est un défi pour nous dans notre contexte sociopolitique actuel. Chaque ami de Saint-Joseph doit être pro-paix et pro-école. Tout ce qui va dans le sens contraire est une paternité irresponsable. »

M. Nkea

Il a déclaré qu’il était essentiel que les membres de l’Association des hommes catholiques évitent le double standard de « prêcher la paix et de promouvoir la guerre…. ». Nous sommes des gens de paix et la paix devrait être notre philosophie de vie sous-jacente ».

Il a souligné la nécessité de construire la paix dans les familles et dans les quartiers, en notant que la totalité de ces petites actions pourrait juste être ce qui est nécessaire pour mettre fin au conflit.

« Si nous devons fuir la violence, alors il doit y avoir un moyen alternatif de résoudre les conflits et c’est le dialogue ».

M. Nkea

Inquiet de la poursuite des tueries dans les deux régions, Nkea a appelé au respect total du « caractère sacré et de la dignité de la personne humaine. »

« Aucun d’entre nous n’a la possibilité de décider autrement car nous ne sommes pas notre propre propriété et notre propre créateur. Nous appartenons à Dieu qui seul a créé et soutient la vie », a déclaré l’archevêque. Il n’y a pas de prix pour la paix ».

M. Nkea

Related posts

Joe Chebonkeng nommé Président du conseil national de la communication

marie Lisette Zogo

Cameroun : Une femme comparaît devant le tribunal de Djoum pour trafic de mandrill

Franklin NIMPA

Les manifestations au Cameroun sont-elles un signe avant-coureur pour le Nigeria ?

Franklin NIMPA

Côte d’Ivoire : La pluie, solution aux problèmes de coupure de courant

marie Lisette Zogo

Exploitation du rutile d’akonolinga : inauguration de l’unité d’essai

marie Lisette Zogo

Cameroun : Campagne d’inscription à la carte biométrique pour les jeunes

Franklin NIMPA

Leave a Comment