fbpx
Kapt Media
Africa

L’Afrique doit refuser d’être traitée comme un pays de seconde zone

Les Africains ont le devoir de refuser d’être traités comme des citoyens de seconde zone, a déclaré le président malawite Lazarus Chakwera lors du 41e sommet ordinaire des chefs d’État et de gouvernement de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), à Lilongwe, au Malawi.

« En tant qu’Africains, nous avons le devoir moral de refuser un statut de seconde zone dans les règles d’engagement pour participer à l’économie mondiale. Le temps est donc venu pour nous de travailler ensemble afin de mettre pleinement à profit la zone de libre-échange africaine ratifiée jusqu’à ce que les règles économiques qui désavantagent nos nations soient réécrites. En tant qu’Africains, nous avons le devoir moral de refuser le statut de seconde classe dans les restrictions que nous acceptons de la part des étrangers pour gérer nos propres finances et ressources ».

M. Chakwera

M. Chakwera a déclaré que les pays africains étaient des membres à part entière de la communauté mondiale et qu’ils devaient être traités sur un pied d’égalité, notamment en ce qui concerne la distribution et la production des vaccins Covid-19.

« Le temps est venu pour nous d’insister sur le fait qu’un vaccin qui préserve et soutient le droit fondamental à la vie d’une personne appartient à toutes les nations, peu importe qui l’a découvert. »

M. Chakwera

Il a déclaré qu’au niveau régional comme la SADC, cela signifiait reconnaître que les vrais amis dans le monde ne sont pas ceux qui sont satisfaits de voir la région embourbée dans la pauvreté, afin qu’ils puissent entretenir leur complexe messianique de bienfaiteurs et de libérateurs de la région.

« Nos vrais amis dans ce monde sont ceux qui travaillent côte à côte avec nous pour accroître nos capacités de production et transformer nos économies en moteurs de croissance durable. Nous pensons que la SADC que nous voulons est intenable si nous n’égalisons pas les règles du jeu concernant la pandémie de Covid-19, si nous ne revitalisons pas le secteur agricole, si nous ne renforçons pas la valeur ajoutée, si nous ne facilitons pas le commerce et si nous ne simplifions pas les règles d’origine ».

M. Chakwera

Chakwera a pris la présidence de la SADC, succédant à Flipe Nysusi, le président du Mozambique.

Le président de la République démocratique du Congo, Felix Tshisekedi, a été élu président entrant de la SADC.

Le 42e sommet se tiendra en République démocratique du Congo en août 2022.

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a été élu président de l’organe de coopération en matière de politique, de défense et de sécurité, en remplacement du président Mokgweetsi Masisi.

Le président namibien Hage Geingob a été élu président de l’Organe de coopération en matière de politique, de défense et de sécurité.

Le chef du service public du Botswana, Elias Magosi, a été élu secrétaire de direction de la SADC, succédant au Dr Stergomena Lawrence Tax de Tanzanie, dont le mandat se termine le 31 août.

Le sommet a réaffirmé la position de la SADC selon laquelle la création de la banque centrale et de l’union monétaire de la SADC est un objectif à long terme qui doit être fondé sur la réalisation de conditions préalables, notamment l’harmonisation des politiques fiscales et monétaires des pays de la SADC et une plus grande convergence des systèmes bancaires.

Le sommet a également reçu des informations actualisées sur la situation sécuritaire dans la province de Cabo Delgado, dans le nord du Mozambique, et a félicité les États membres de la SADC pour avoir promis des troupes et apporté un soutien financier au déploiement de la force d’intervention de la SADC au Mozambique.

La Tanzanie a proposé d’accueillir le centre régional de lutte contre le terrorisme, qui offrirait à la région des services de conseil spécialisés et stratégiques sur les menaces terroristes.

La SADC a décidé d’envoyer des troupes au Mozambique, après que des terroristes soutenus par l’État islamique ont lancé une attaque contre la ville de Palma, dans la province septentrionale de Cabo Delgado, le 24 mars, tuant au moins 12 personnes, dont un Sud-Africain et un Zimbabwéen. Plus de 100 000 personnes ont fui la région pour se mettre à l’abri.

Le Mozambique a conclu un accord séparé avec le Rwanda, qui a envoyé une force conjointe de 1 000 soldats et policiers pour lutter contre le terrorisme à Cabo Delgado.

La force rwandaise a déclaré avoir chassé les rebelles de Mocimboa da Praia, un bastion des rebelles dans le nord du Mozambique.

Le gouvernement rwandais a déclaré que la force conjointe travaillerait en étroite collaboration avec les forces armées du Mozambique et les forces de la SADC dans le cadre de responsabilités désignées, afin de soutenir les efforts visant à restaurer l’autorité de l’État mozambicain en menant des opérations de combat et de sécurité, ainsi que des actions de stabilisation et de réforme du secteur de la sécurité.

Le Mozambique a également conclu un accord distinct avec l’UE pour former et soutenir les forces armées mozambicaines dans la protection de la population civile et le rétablissement de la sécurité dans la province de Cabo Delgado.

La mission fournira une formation militaire, y compris une préparation opérationnelle, une formation spécialisée sur la lutte contre le terrorisme, ainsi qu’une formation et une éducation sur la protection des civils et le respect du droit humanitaire international et des droits de l’homme.

En juin, la SADC a décidé de déployer des troupes au Mozambique dans le but de repousser le terrorisme et les actes d’extrémisme violent à Cabo Delgado.

En avril, le président sortant de la troïka des organes, Mokgweetsi Masisi, a déclaré que l’insurrection au Mozambique pourrait entraîner un débordement et, en fin de compte, l’instabilité en Afrique australe, si rien n’est fait.

Il a déclaré qu’il était important que la SADC intervienne pour empêcher l’insurrection qui sévit depuis trois ans dans le nord du Mozambique de déborder sur les frontières du pays.

Related posts

CAN 2023 : Salomon Kalou estime que la Côte d’Ivoire a besoin d’une reconstruction prudente

Franklin NIMPA

CEMAC : Recueil de fonds illicite auprès des citoyens et manœuvre frauduleuse sur le plan financier

Franklin NIMPA

Burkina Faso : Le chef de l’État prend le poste de ministre de la Défense au moment où les djihadistes menacent la sécurité du pays

Franklin NIMPA

Congo : L’ex-Premier ministre Clément Mouamba est décédé

marie Lisette Zogo

Banque mondiale : La collaboration avec le Mali reprend son cours

Franklin NIMPA

CAN 2021 : Liste des équipes qualifiées pour les 8es finale

marie Lisette Zogo

Leave a Comment