fbpx
Kapt Media
Diaspora Sport

J.O Tokyo 2020 – Des encouragements particuliers pour Tchatchet, haltérophile réfugié du groupe B

Si le Camerounais Cyrille Tchatchet II avait toujours peu de chances de remporter une médaille, le premier haltérophile de l’équipe olympique des réfugiés a remporté un franc succès auprès de la foule clairsemée du Forum international de Tokyo, samedi.

Tchatchet a terminé deuxième dans le groupe B des 96 kg, la compétition pour les haltérophiles qui ont enregistré des poids plus légers et qui précède la bataille pour les médailles et les records du monde dans le groupe A.

Habituellement peu remarqués, même lors des événements où les spectateurs sont autorisés, les haltérophiles du groupe B auraient pu s’attendre à passer presque inaperçus à Tokyo, les supporters ayant été interdits en raison de la pandémie de COVID-19.

Samedi, pourtant, chaque tentative de Tchatchet a été saluée par les acclamations et les applaudissements des délégations de l’équipe, des bénévoles et des autres athlètes, qui sont autorisés à entrer dans l’arène.

« Je pouvais le sentir », a déclaré l’athlète de 26 ans à propos de ce soutien.

Après avoir échoué à soulever 190 kg lors de sa première tentative d’épaulé-jeté, Tchatchet a réessayé le même poids et a réussi.

Il a tendu les deux bras pour accueillir les applaudissements après avoir réussi à soulever 195 kg à son troisième essai, en tenant la barre au-dessus de sa tête plus longtemps que nécessaire.

Un total de 350 kg était suffisant pour battre tous les concurrents du groupe B, à l’exception du Cubain Olfides Saez Vera, et Tchatchet était satisfait de sa performance.

« Je suis assez content des résultats, même si cela ne s’est pas passé comme je l’avais prévu. Oui, comme dans la vie, parfois ça ne se passe pas comme prévu ».

Tchatchet

Tchatchet a représenté le Cameroun aux Jeux du Commonwealth de 2014 à Glasgow, en Écosse, mais a fui le camp de l’équipe, affirmant qu’il ne se sentait pas en sécurité en rentrant dans son pays.

Avant d’obtenir l’asile de la Grande-Bretagne en 2016, Tchatchet a dit qu’il avait traversé une « période très basse » et s’était même senti suicidaire.

Cela l’a incité à étudier pour obtenir un diplôme d’infirmier en santé mentale à l’université de Middlesex.

Tchatchet travaille maintenant comme infirmier psychiatrique à Londres, une carrière qui a rendu délicat la poursuite de son haltérophilie jusqu’à ce qu’il passe de l’hôpital au travail communautaire il y a un an.

Related posts

CAN 2021: Champion en titre, l’Algérie est éliminée phase de groupe par la Côte d’Ivoire

Armense Nya

Djamel Belmadi sur le Stade de Japoma: «la pelouse n’est pas top»

Armense Nya

Stade Olembé: Christophe Bia refuse de faire le grand reportage

Armense Nya

Urgent: Gaëlle Enganamouit démissionne de son poste de Team Manager des lionnes

Armense Nya

Joël Matip : le joueur prodige jamais de retour?

Armense Nya

Leave a Comment