fbpx
Kapt Media
Health

Inde : un survivant de la COVID-19 se suicide

En Inde, un homme de 80 ans qui s’était remis d’une infection à la COVID-19 s’est suicidé par crainte de contracter une mucormycose appelée « champignon noir ».

La personne décédée a été identifiée comme étant Niranjan Patel et vivait avec sa femme dans un appartement de la ville d’Ahmedabad, dans l’État occidental du Gujarat.

Patel, qui s’était rétabli du COVID-19 il y a trois mois, a récemment remarqué qu’il avait développé des plaies dans la bouche, l’un des symptômes de l’infection par le champignon noir. Pensant qu’il avait contracté la maladie, il a mis fin à ses jours en consommant des pesticides sur la terrasse de son appartement dans le quartier de Paldi le 27 mai (jeudi), selon la police.

Patel a été transporté à l’hôpital, mais son état s’est aggravé et il est décédé pendant son traitement samedi.

Selon la police, la mucormycose n’a pas été diagnostiquée chez le défunt, mais dans sa lettre de suicide, il a déclaré qu’il mettait fin à ses jours parce qu’il craignait d’avoir une infection fongique et qu’il ne voulait pas souffrir davantage.

« L’homme était effrayé, car il a appris que le champignon noir cible principalement les personnes ayant contracté le coronavirus et les diabétiques. Il a également mentionné dans sa lettre de suicide que le traitement pourrait ne donner aucun résultat et qu’il souffrirait de cette infection à l’avenir », a déclaré l’inspecteur J.M. Solanki du poste de police de Paldi.

l’inspecteur J.M. Solanki du poste de police de Paldi

La police a enregistré un rapport de mort accidentelle et mène une enquête plus approfondie sur l’incident, a ajouté le fonctionnaire.

La mucormycose, surnommée « champignon noir », est causée par une moisissure que l’on trouve dans le sol et dans la matière organique en décomposition, comme les feuilles pourries.

Ce type d’infection fongique rare provient d’un groupe de moisissures appelé Mucormycetes. Cette infection a un taux de mortalité très élevé, puisqu’elle tuerait près de la moitié des personnes infectées si elle n’est pas traitée rapidement. « La mucormycose touche principalement les personnes qui ont des problèmes de santé ou qui prennent des médicaments qui diminuent la capacité de l’organisme à combattre les germes et les maladies », selon les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC).

Plusieurs États indiens ont signalé l’infection par le champignon noir, alors que le pays est confronté à une deuxième vague dévastatrice de COVID-19. Une personne est infectée par la mucormycose après avoir été en contact avec les spores de Mucor présentes dans l’environnement ou en entrant en contact avec des surfaces infectées, y compris le matériel médical utilisé pour le traitement COVID-19 comme les bouteilles d’oxygène.

Related posts

Cameroun : Un doute peut signifier la péremption des doses de vaccin

Franklin NIMPA

Cameroun : Libération des agents de santé arrêtés pour avoir aidé un chef rebelle blessé

Franklin NIMPA

Afrique : Augmentation de plus de 40 % des décès liés au COVID-19 en une semaine

Franklin NIMPA

Les jeux olympiques de Tokyo, encore dans le doute

marie Lisette Zogo

Cameroun : Appel aux civils pour un don de sang à l’occasion de la Journée mondiale du don de sang

Franklin NIMPA

Côte d’Ivoire : Sylvain Gbohouo suspendu par la FIFA

marie Lisette Zogo

Leave a Comment