fbpx
Kapt Media
Diaspora Portait

Les circonstances de la mort d’une Camerounaise quelques heures après l’obtention de sa résidence au Japon étaient-elles évitables ? (Acte 2)

Sur cette image prise en mars 2021, on voit le couvent de Setagaya Ward, à Tokyo, où Mai a passé quelque temps avant sa mort. Une statue de la Vierge Marie se trouve sur le toit du bâtiment.

Relindis Mai Ekei, une femme originaire du Cameroun, a été détenue à deux reprises dans les services d’immigration japonais pour avoir dépassé la durée de son visa. Pendant cette période, le cancer a commencé à ronger son corps. Les services d’immigration lui ont accordé une libération temporaire, mais elle a dû faire face à des factures médicales élevées pour le traitement de son cancer, car elle n’a pas d’assurance maladie. Avec le soutien de pasteurs et d’autres personnes, elle a poursuivi son combat contre la maladie, mais sans espoir de guérison, elle est sortie de l’hôpital.

Dans la nuit du 16 novembre 2020, 11 jours après la sortie de Mai, l’un de ses soutiens, Yoriyoshi Abe, un pasteur de 39 ans de l’église Grace Garden à Ebina, dans la préfecture de Kanagawa, l’a trouvée assise seule sur le parking d’une supérette. Tenant un sac de vêtements en plastique dans une main et un sachet de médicaments dans l’autre, elle a souri faiblement et a dit : “Je suis sans abri.”

Lorsqu’elle est retournée à son appartement après avoir quitté l’hôpital, elle a découvert qu’elle avait été enfermée dehors pour ne pas avoir payé son loyer. Pendant plus de dix jours, elle a dormi chez des amis, dans un cybercafé et dans un love-hôtel.

Un autre supporter, Masataka Nagasawa, 67 ans, de la ville de Saitama, a déclaré :

“Elle avait un cancer en phase terminale et était sans abri. Il aurait été diabolique de laisser une telle personne seule.”

Masataka Nagasawa, 67 ans

Nagasawa est un chrétien originaire d’Hokkaido. Tout en travaillant à temps plein dans une entreprise, il a continué à offrir des consultations médicales et un soutien aux étrangers. En 2013, il a créé une organisation à but non lucratif, l’association de consultation médicale du nord du Kanto, à Ota, dans la préfecture de Gunma.

“Il y a des gens qui souffrent de cancer du rein, du pancréas, du côlon, etc. Rien que l’année dernière, nous avons soutenu 10 étrangers atteints de cancer, dont Mai. Tous n’étaient pas assurés et ne pouvaient pas payer les factures médicales”, a déclaré Nagasawa.

Nagasawa

Selon l’activiste, les soins médicaux fournis par l’agence d’immigration sont généralement inadéquats. “Dans de nombreux cas, lorsque la maladie devient suffisamment grave pour mettre la vie en danger, ils mettent la personne en liberté provisoire. C’est apparemment parce qu’il serait gênant pour eux que ces personnes meurent en détention”, poursuit Nagasawa.

Au bout du compte, un couvent géré par l’ordre catholique des Adoratrices dans le quartier de Setagaya à Tokyo a accepté Mai. Le couvent gère un refuge pour les femmes dans le besoin. Soeur Atsuko Kano, 63 ans, a déclaré :

“Au début, je n’étais pas sûre que nous puissions accepter Mai.” Le couvent compte 25 sœurs, mais la plupart d’entre elles ont entre 70 et 80 ans, la plus âgé ayant 100 ans. Elles pensaient que Mai était trop grande pour pouvoir s’en occuper convenablement. Elles ont néanmoins pris cette décision, car “notre rôle est de fournir un endroit aux femmes qui n’ont nulle part où aller”.

Atsuko Kano, 63 ans

Après avoir emménagé dans le refuge, Mai a d’abord été capable de marcher seule et de cuisiner elle-même, mais son état s’est progressivement aggravé. Elle a reçu la visite de nombreux sympathisants.

Yoshiko Hagiwara, 73 ans, ancien professeur à l’université Meiji, qui s’est rendue au couvent en tant que bénévole et a soutenu Mai, se souvient : “Elle était compatissante et toujours de bonne humeur. Lorsqu’un autre supporter souffrait de douleurs à l’estomac, elle lui demandait si la personne allait bien, même si elle était atteinte d’un grave cancer.”

Même les jours où Hagiwara ne pouvait pas lui rendre visite, elle communiquait fréquemment avec Mai via les réseaux sociaux sur son smartphone. “Quand j’irai mieux, je veux à nouveau voyager au Japon”, a écrit Mai, pleine d’espoir jusqu’à la fin.

Le 26 novembre de l’année dernière, Mai a été examinée à nouveau à l’hôpital universitaire de Kitasato et le médecin lui a dit que “votre cancer avait progressé au point que vous pouviez mourir demain.” Lorsque Abe a traduit ces propos en anglais, Mai a répondu “I see” en japonais. Mai s’était comportée de manière joyeuse jusque-là. C’est la seule fois où sa gaieté a disparu.

Related posts

Tchad : Hissène Habré, portrait de la terreur tchadienne

marie Lisette Zogo

Nécrologie : La dernière messe est dite pour le professeur Mendo ze

marie Lisette Zogo

Les circonstances de la mort d’une Camerounaise quelques heures après l’obtention de sa résidence au Japon étaient-elles évitables ?

Franklin NIMPA

États-Unis : saisie d’un navire-citerne portant le drapeau Camerounais pour infraction aux normes Nord-Coréennes

Franklin NIMPA

Les raisons pour lesquelles Andre-Frank Zambo Anguissa est un joueur que Liverpool doit considérer comme étant le successeur de Gini Wijnaldum.

Franklin NIMPA

CPI : Fin du mandat de la Procureure Fatou Bensouda

Franklin NIMPA

Laisser un commentaire