fbpx
Kapt Media
Diaspora World

Diaspora : Un immigrant camerounais affirme avoir été laissé à la noyade par les forces grecques

Le ressortissant camerounais a déclaré que deux autres personnes se sont noyées après avoir été jetées par-dessus bord par les garde-côtes grecs au milieu de la mer Égée.

Selon le témoignage fourni samedi par un migrant camerounais, les garde-côtes grecs l’ont jeté d’un navire dans la mer Égée avec deux autres personnes.

Selon les garde-côtes turcs, I.O., ressortissant camerounais, a déclaré avoir réussi à nager jusqu’au rivage, mais que les deux personnes qui l’accompagnaient s’étaient noyées en chemin.

I.O. a déclaré que le 14 septembre, un groupe de 36 personnes était arrivé en bateau sur l’île de Samos, où 28 personnes de ce groupe ont ensuite été capturées par les forces de sécurité grecques, après quoi lui et sept autres ont pris la fuite.

“Ils ont commencé à tirer à gauche et à droite dès qu’ils nous ont vus. Nous étions deux groupes dans la forêt. Après avoir marché dans la forêt pendant une heure, nous avons été rattrapés par la police grecque. Ils ont commencé à nous frapper et nous ont fouillés. Ils ont pris nos téléphones et notre argent, nous ont jetés dans leur voiture, en nous disant de ne pas regarder par la fenêtre. Ils ont dit qu’ils tueraient toute personne qui lèverait la tête. Ils nous ont soulevés comme des animaux et nous ont ensuite jetés sur leur propre bateau. Ils n’arrêtaient pas de nous frapper là”, a déclaré I.O..

Il a raconté que les forces grecques les avaient emmenés sur une route maritime qu’ils ne connaissaient pas, arrêtant le moteur au milieu de l’eau.

“Ils ont pris ma sœur Aliya et l’ont jetée à la mer. Plus tard, ils ont jeté Yusuf à la mer. Ils voulaient aussi me jeter par-dessus bord, mais j’ai résisté. C’est pourquoi ils m’ont donné un coup de poing à la tête. Ils ont réussi à me jeter aussi, alors que je n’avais plus de force”, a-t-il dit.

Après un certain temps, dit-il, il a vu le corps de Yusuf dans la mer et dit avoir essayé de le traîner jusqu’au rivage.

“J’ai fait un massage cardiaque pour voir si je pouvais le réanimer et j’ai aussi vérifié s’il était vivant, mais il ne l’était pas. Je l’ai vu mourir et j’ai attaché un bâton et un chiffon à son côté. Je ne savais pas où j’étais. Je ne savais pas si je devais marcher le long de la mer ou aller dans la forêt. J’ai dormi dans la forêt. Le lendemain, j’ai décidé de me promener sur la plage. En marchant, j’ai vu une maison sur la colline. Quand j’y suis arrivé, je me suis rendu compte que la maison était un ancien poste de police. J’ai vérifié si je pouvais trouver de la nourriture ou de l’eau, mais il n’y en avait pas et j’ai pris la route en face. Là, la gendarmerie est arrivée et m’a secouru”, a-t-il déclaré.

Le 18 septembre, un corps sans vie appartenant à un immigrant en situation irrégulière originaire du Cameroun a été retrouvé dans le district de Kusadasi à Aydin, dans l’ouest de la Turquie.

Le 20 septembre, le corps d’un autre migrant clandestin camerounais a été retrouvé par le personnel des garde-côtes turcs.

L’identité des deux corps a été confirmée par I.O.

Related posts

Allemagne : Boateng comparaît devant le tribunal de Munich pour répondre à des accusations d’agression

Franklin NIMPA

Roland Garros : Roger Federer forfait avant son huitième de finale

marie Lisette Zogo

Scandale sexuel : YouTube prend à son tour des mesures contre R Kelly

marie Lisette Zogo

Football : Zinedine Zidane claque de nouveau la porte du Real Madrid

marie Lisette Zogo

Laisser un commentaire