fbpx
Kapt Media
Society Sport

CAN 2021 : Un règlement qui dissuade les supporters d’assister aux matches de la CAN

Le Cameroun a beau être un pays passionné de football, la plupart des matches de la Coupe d’Afrique des Nations se sont déroulés jusqu’à présent devant des stades largement vides, les supporters préférant se rassembler ailleurs pour profiter de l’action.

À Bafoussam, dans la région de l’Ouest, des banderoles accueillent les visiteurs et des drapeaux camerounais ornent les rues où des vendeurs proposent des vuvuzelas pour que les supporters assourdissent les passants – il ne fait aucun doute que la troisième ville du pays est fière d’accueillir les matches de la CAN.

Chaque soir, des centaines de supporters se massent, une bière à la main, devant les écrans des bars pour regarder et parler des matchs.

Pourtant, à l’extérieur de la ville, dans le stade moderne de 20 000 places construit pour la compétition, les tribunes étaient presque entièrement vides pour les deux premiers matchs qui s’y sont déroulés lundi, bien que la star de Liverpool Sadio Mane et son équipe du Sénégal fassent partie des équipes en action.

“Si les stades sont vides, c’est à cause de Covid”, déclare Cyrille Anicet, 26 ans, alors qu’il est assis avec des amis à une table près de la gare routière de la ville. “Je suis allé au stade lundi. Mais comme des milliers de personnes, je suis resté dehors parce que je n’avais pas de carte de vaccination”, raconte-t-il.

Cyrille Anicet

La Confédération africaine de football (CAF) a imposé des conditions strictes pour accéder aux stades pendant la Coupe des Nations, toute personne souhaitant assister aux matchs devant être entièrement vaccinée et fournir la preuve d’un test PCR ou antigénique négatif.

Pourtant, la grande majorité des Camerounais semblent ignorer les recommandations relatives au port du masque et l’idée de se faire vacciner suscite une grande résistance – seuls six pour cent de la population âgée de plus de 18 ans ont été officiellement vaccinés.

La CAF a également imposé des restrictions sur le nombre de spectateurs, les stades ne pouvant être remplis qu’à 60 % de leur capacité, voire à 80 % pour les matches impliquant le pays hôte. C’est comme si elle n’avait pas pris la peine de le faire.

À part le match d’ouverture de dimanche dernier entre le Cameroun et le Burkina Faso au stade Olembe de Yaoundé et la rencontre entre le Nigeria et l’Égypte à Garoua, dans le nord du pays, les foules ont été extrêmement clairsemées.

L’affluence au stade Japoma de 50 000 places, dans la capitale économique Douala, pour le match nul 0-0 entre l’Algérie, tenante du titre et la Sierra Leone, semblait à peine dépasser les quatre chiffres.

Même le deuxième match du Cameroun, une victoire 4-1 sur l’Éthiopie jeudi, s’est déroulé devant un stade largement vide.

“Je ne comprends pas pourquoi un test négatif n’est pas suffisant pour entrer dans le stade”, se plaint Cyrille à Bafoussam, tout en insistant sur le fait qu’il regardera les prochains matchs à la télévision avec ses amis.

Des billets coûteux

Or, le protocole Covid n’explique pas tout.

“Le problème n’est pas seulement la question de la vaccination, c’est aussi le prix des billets qui me coûtent plus qu’une journée de travail”, se plaint Arsène Noubit, un transporteur de 50 ans, au son des klaxons et de la musique forte provenant des magasins voisins.

Arsène Noubit

Les billets les moins chers coûtent 3 000 francs CFA (5,22 dollars) dans un pays où près de 40 % des habitants vivent sous le seuil de pauvreté et où un tiers de la population survit avec à peine 2 dollars par jour, selon la Banque mondiale.

Les images de stades vides ne passent pas bien au Cameroun. En début de semaine, le ministre de la communication du pays, René Emmanuel Sadi, a appelé “tout le monde à se mobiliser pour remplir les stades pour le reste de la compétition dans tous les sites”.

Le maire de Bafoussam, Roger Tafam, a mis en place des navettes gratuites pour transporter les spectateurs à 20 kilomètres du centre de la ville jusqu’au stade pour les matchs de vendredi, alors que le Sénégal jouait contre la Guinée avant que le Malawi n’affronte le Zimbabwe.

“Le transport coûte 500 francs CFA (0,87 dollar) à l’aller et au retour, donc fournir un transport gratuit devrait aider”, insiste-t-il. ” Beaucoup de membres de l’élite achètent également des billets pour les donner aux personnes qui souhaitent venir au stade. J’ai personnellement acheté des billets pour les donner à mon personnel”, ajoute-t-il.

Roger Tafam

Le gouverneur de la région Ouest, Augustine Awa Fonka, a également demandé à ce que les gens puissent bénéficier d’un jour de congé pour assister aux matchs de vendredi.

Et pourtant, cela ne changera rien pour Roland Ndi, un mécanicien de 36 ans.

“Tant que nous serons obligés de nous faire vacciner, les stades seront vides”, affirme-t-il.

Roland Ndi

Related posts

Région de l’ouest: les populations de KEKEM en colère

Armense Nya

Handball – Groupe B : Trois formations européennes en pleine reconstruction affronteront le Cameroun

Franklin NIMPA

Eto’o au sujet de Mourinho – un entraîneur hors du commun

Franklin NIMPA

Nécrologie : Décès de Christian Penda Ekoka, l’ancien allié de Kamto

Franklin NIMPA

Éthiopie : L’armée fédérale bombarde Makele

Armense Nya

Élim. CDM 2022: Le duel Cameroun-Côte d’Ivoire déjà en marche

Armense Nya

Laisser un commentaire