fbpx
Kapt Media
Health

Cameroun : Les leaders communautaires stimulent la demande de vaccins Covid-19

Les leaders locaux, en collaboration avec plus de 2300 mobilisateurs communautaires et 1450 équipes de vaccination, ont joué un rôle crucial dans le succès de la campagne de vaccination rapide COVID-19 qui a permis de vacciner 52 000 personnes à travers le Cameroun en seulement cinq jours en juillet.

Jean Calvin Nama-Ntse, leader communautaire, s’efforce d’instaurer la confiance dans les vaccins COVID-19 dans les communautés de Nkomassia et Nkolbisson, dans la capitale Yaoundé. Membre de la communauté depuis toujours, il est chef traditionnel, président du district sanitaire de Nkolbisson et président du comité de gestion du centre de santé intégré de Nkolbisson.

Parlez-nous des communautés avec lesquelles vous travaillez ?

Ici, dans le nord de Yaoundé, nous avons des zones rurales et urbaines. Nous avons plus de 80 000 personnes qui viennent de tout le Cameroun et d’autres pays africains comme le Mali, la République du Congo, le Burundi et la République centrafricaine. Avec un mélange de différentes religions, nous respectons le droit de pratiquer librement. Nous ne sommes pas une communauté riche et la plupart des gens vivent de petites entreprises ou du commerce informel.

Quels sont les plus grands défis dans la lutte contre la COVID-19 et la demande de vaccins ?

Notre population est assez jeune et, bien que nous soyons généralement bien informés, tout le monde n’est pas conscient de tous les risques liés à la COVID-19, de sorte que tout le monde n’adhère pas aux mesures de prévention ou ne souhaite pas se faire vacciner.

Malgré le flot d’informations sur la COVID-19, la peur, le doute et le scepticisme entourent toujours la vaccination. Les rumeurs et les fausses informations diffusées sur les réseaux sociaux et inventées par certaines personnes sèment le doute et la réticence à se faire vacciner, ce qui expose les gens à un risque accru.

Quels sont les principaux enseignements de votre travail ?

D’après mon expérience, les personnes qui ont eu la maladie ou qui ont vu d’autres personnes en souffrir sont beaucoup plus conscientes des risques et beaucoup plus enclines à se faire vacciner. Si nous faisons appel à un plus grand nombre de ces personnes en tant qu’éducateurs, je suis sûr qu’elles augmenteront le taux d’acceptation des vaccins.

De même, lorsque les dirigeants se font vacciner en public, d’autres personnes suivent, notamment les grandes personnalités des médias, les artistes et les chefs religieux. En tant que leader communautaire, je me suis fait un devoir de me faire vacciner en public.

Le fait d’installer des points de vaccination dans des lieux publics comme les marchés, aux carrefours ou près des églises renforce la confiance de la communauté et incite davantage de personnes à venir se faire vacciner.

Parlez-nous du soutien que vous avez reçu de l’OMS et de ses partenaires ?

J’ai participé à des ateliers sur la façon de mobiliser les communautés, de plaider et d’obtenir davantage de ressources pour les campagnes de vaccination. Ces ateliers étaient organisés par le ministère de la Santé publique, avec le soutien de l’OMS.

l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) et l’Agence allemande pour la coopération internationale (GIZ).

J’ai également participé aux réunions du conseil municipal dirigées par les responsables de la santé du district. Ces réunions nous aident à augmenter la demande de vaccins COVID-19 dans nos communautés. Environ 300 personnes ont été couvertes par ces formations jusqu’à présent et d’autres sont prévues pour cette année.

Ces formations nous ont appris à travailler plus étroitement avec nos communautés, en donnant des conférences sur la COVID-19 et la nécessité de la vaccination sur les marchés locaux et dans les espaces publics. Nous avons rendu visite à des familles pour parler intimement avec elles. Nous avons donné des conférences aux associations locales et travaillé avec les médias locaux. Nous avons également travaillé avec les chefs religieux et les autorités gouvernementales locales pour diffuser des messages de prévention, car ils sont dignes de confiance et les gens les écoutent.

Aujourd’hui, je n’utilise que des informations provenant de sources dignes de confiance, notamment du gouvernement, de l’OMS et, bien sûr, de ma propre expérience.

Related posts

Cameroun : Le risque de contracter la COVID est à l’origine de l’augmentation du nombre de cancers du sein

Franklin NIMPA

RDC : Ebola refait surface dans l’Est du pays

marie Lisette Zogo

Lutte contre la Poliomyélite: Journée nationale étendue dans le pays

marie Lisette Zogo

AFFECTATION DU PERSONNEL AU CHR DE BAFOUSSAM : LE MINISTRE ET LE GOUVERNEUR SE DÉCHIRENT

marie Lisette Zogo

DEUXIÈME DOSE DE VACCIN CONTRE LA COVID-19, L’ARCHEVÊQUE DE BAMENDA DONNE L’EXEMPLE

Franklin NIMPA

Nigeria : Le président Buhari reporte son congé à Londres

marie Lisette Zogo

Laisser un commentaire