fbpx
Kapt Media
Sport

Football : Une Rwandaise devient la première femme à arbitrer un match de la CAN

La Coupe d’Afrique des Nations (CAN) qui se déroule actuellement au Cameroun a été marquée par l’entrée dans l’histoire d’une arbitre rwandaise, qui est devenue la première femme à diriger un match au cours des 65 ans d’existence du tournoi.

Salima Mukansanga était le quatrième officiel – un assistant qui aide l’arbitre en supervisant les procédures de remplacement et en effectuant d’autres tâches administratives – lors du match de la phase de groupe entre la Guinée et le Malawi le 10 janvier. Plus tard, le 18 janvier, elle a arbitré le match de la phase de groupe entre le Zimbabwe et la Guinée.

« C’est un privilège. C’est un plaisir pour moi, pour les autres femmes arbitres africaines », a déclaré Mukansanga lors d’une conférence de presse organisée le 21 janvier par la Confédération africaine de football (CAF), organisatrice du tournoi. « C’est [une] opportunité d’ouvrir la porte et de montrer que toutes les [femmes] africaines sont capables. Elles peuvent atteindre ce stade. »

Salima Mukansanga

L’arbitrage de football est une profession dominée par les hommes.

Mukansanga a également officié lors des Jeux olympiques, de la Coupe du monde de football féminin, de la Coupe d’Afrique des Nations féminine et de la Ligue des champions féminine de la CAF.

Son dernier exploit, dans la compétition de football la plus prestigieuse d’Afrique, est une étape importante dans le développement de l’arbitrage féminin dans le football sur le continent et dans le sport en général. Le rôle d’arbitre a toujours été une profession dominée par les hommes. Le sexisme des joueurs et des spectateurs, le manque de recrutement de femmes pour la profession par les instances du football et les stéréotypes négatifs des spectateurs sont quelques-uns des obstacles auxquels les femmes sont confrontées dans l’arbitrage (pdf) du football et d’autres sports, car ils créent un environnement hostile à la profession.

« Nous ne sommes ici non pas parce que nous avions la faveur d’être ici », a déclaré Mukansanga. « [C’est] parce que nous méritons d’être ici ».

Salima Mukansanga

« Donc, chez nous, nous avons travaillé très dur, parce que beaucoup [de gens] disent : « Les femmes, elles ne peuvent pas courir au rythme des hommes, à la vitesse et tout ça », ajoute-t-elle. « Oui, nous ne pouvons pas être des hommes, mais nous pouvons faire de notre mieux pour être au même niveau ».

Salima Mukansanga

Mais les instances du football ont commencé à devenir plus inclusives, avec plus de femmes dans le monde qui obtiennent des postes d’arbitres aux plus hauts niveaux du sport. L’année dernière, la Française Stéphanie Frappart et l’Ukrainienne Kateryna Monzul sont devenues les premières femmes à arbitrer des matches de qualification pour la Coupe du monde de la FIFA.

L’arbitrage des matches de la Coupe du monde de football féminin présente également un contraste notable avec le football masculin. En effet, depuis 1995, la FIFA, l’instance dirigeante du football mondial, n’exige que des arbitres féminins pour la compétition.

Le nombre d’arbitres féminines augmente également, avec une hausse de 76 % entre 2016 et 2020 dans le football anglais, par exemple.

Quatre femmes ont été sélectionnées comme officielles de match pour la CAN

Mukansanga est l’une des quatre femmes sélectionnées par la CAF comme officielles de match pour le tournoi de cette année. Les autres sont les arbitres assistantes Carine Atemzabong du Cameroun et Fatiha Jermoumi du Maroc et l’arbitre assistante vidéo Bouchra Karboubi du Maroc.

« Nous sommes très fiers de Salima [Mukansanga] parce qu’elle a dû travailler exceptionnellement dur pour être là où elle est aujourd’hui. Nous savons que pour une femme, elle a dû surmonter de sérieux obstacles pour atteindre ce niveau et elle mérite beaucoup de crédit », a déclaré Eddy Maillet, responsable des arbitres de la CAF, dans une annonce concernant l’exploit de Mukansanga.

Eddy Maillet

 » Ce moment n’est pas seulement pour Salima, mais pour toutes les jeunes filles en Afrique qui sont passionnées de football et qui se voient comme arbitre dans le futur. « 

Eddy Maillet

Related posts

BAL 2022 : FAP écarte le REG en quart de finale

Franklin NIMPA

Novak Djokovic : « Daniil Medvedev était tout près de me détrôner en tant que numéro 1 »

Franklin NIMPA

CAN 2022 : Gianni Infantino « soutient le report » du tournoi

Franklin NIMPA

F.C Barcelone : Une avance anéantie dans un match nul (3-3)

Franklin NIMPA

Patrice Evra : « J’en ai marre qu’ils donnent le Ballon d’Or à Leo Messi »

Armense Nya

CAN 2021 : Les principaux problèmes rencontrés jusqu’à présent

Franklin NIMPA

Leave a Comment