fbpx
Kapt Media
Economy

Énergie : le coût des énergies renouvelables moins cher que celui des combustibles fossiles

Un nouveau rapport de l’IRENA confirme que les énergies renouvelables pourraient permettre aux pays émergents d’économiser 156 milliards de dollars, en encourageant l’abandon du charbon.

En 2020, le pourcentage d’énergies renouvelables plus économiques que les combustibles fossiles les plus compétitifs a doublé, selon un nouveau rapport de l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA). Soixante-deux pour cent de la production d’énergie renouvelable ajoutée l’année dernière, soit 162 gigawatts (GW), était moins chère que les nouvelles centrales à combustible fossile les moins chères.

Selon le coût de la production d’énergie renouvelable en 2020, le coût des technologies renouvelables a continué à baisser de manière significative d’année en année. Le solaire thermique à concentration (CSP) a baissé de 16 %, l’éolien terrestre de 13 %, l’éolien au large de 9 % et le solaire photovoltaïque de 7 %. Ces niveaux de coûts rendent également les énergies renouvelables de plus en plus compétitives par rapport aux centrales électriques au charbon existantes. Dans le contexte d’une stratégie d’économie nette zéro, la rentabilité des énergies renouvelables à faible coût constitue un argument de poids pour que les pays développés et en développement abandonnent le charbon. Les nouveaux projets d’énergie renouvelable ajoutés en 2020 permettront aux pays émergents d’économiser jusqu’à 156 milliards USD sur leur durée de vie.

Grâce aux projets d’énergie renouvelable ajoutés l’année dernière, les coûts du secteur de l’électricité seront réduits d’au moins 6 milliards de dollars par an dans les pays émergents, par rapport aux combustibles fossiles à un niveau de production équivalent. Les deux tiers de ces économies proviendront de l’éolien terrestre et, dans une moindre mesure, de l’hydroélectricité et du solaire photovoltaïque. Cette réduction des coûts est complétée par des avantages économiques et une diminution des émissions de carbone.

Entre 2010 et 2020, la compétitivité des technologies solaires et éoliennes s’est considérablement améliorée, puisque le solaire photovoltaïque, l’éolien en mer et le solaire photovoltaïque ont tous rejoint l’éolien terrestre dans la fourchette de coûts des nouvelles capacités basées sur les combustibles fossiles, qui deviennent de moins en moins attrayantes. En l’espace de dix ans, le coût de l’électricité a baissé de 85 % pour le solaire photovoltaïque à l’échelle industrielle, de 68 % pour le solaire thermique à concentration (CSP), de 56 % pour l’éolien terrestre et de 48 % pour l’éolien en mer.

Il est prévu que le coût des énergies renouvelables continue de baisser d’ici 2022, l’éolien terrestre devenant de 20 à 27 % moins cher que la nouvelle centrale électrique au charbon la plus rentable. 74 % de tous les nouveaux projets photovoltaïques mis en service au cours des deux prochaines années, qui ont fait l’objet d’un appel d’offres ou d’une vente aux enchères, auront un prix inférieur à celui des nouvelles centrales électriques au charbon.

Related posts

Cameroun : un million de licences du logiciel russe MyOffice pour le Ministère de l’Éducation de Base

Franklin NIMPA

PLUS DE 120 MILLIONS DE FCFA POUR ECLAIRER LA VILLE DE DSCHANG AU SOLAIRE

Franklin NIMPA

Huile de Palme : En raison d’une production insuffisante, le Cameroun va importer 120 000 tonnes d’huile

marie Lisette Zogo

Cameroun : Les meuniers suspendent leurs livraisons de farine

Franklin NIMPA

Monde : La Libye peut-elle redevenir un géant mondial du pétrole et du gaz ?

Franklin NIMPA

BDM-SA : Ce prix qui en réjouit plus d’un

marie Lisette Zogo

Leave a Comment