fbpx
Kapt Media
Society

Douze mois de prison pour avoir insulté le président camerounais Paul Biya

Un tribunal camerounais a condamné trois travailleurs de plantations à 12 mois de prison pour avoir insulté le plus ancien et le deuxième plus ancien président d’Afrique, Paul Biya, et les membres de son gouvernement.

Le tribunal de Mbanga, dans la région du Littoral, a déclaré jeudi Clément Ytembe Bonda, André Boris Wameni et Flavy Kamou Wouwe coupables « d’outrage au président de la République » et de « propagation de fausses nouvelles via les réseaux sociaux ».

Un juge a décidé que le trio, des ouvriers d’une plantation de bananes âgés d’une trentaine d’années, devront également payer chacun une amende de 500 000 FCFA.

Les condamnés ont été arrêtés le 10 juin après avoir été vus dans une vidéo en train d’insulter le leader de 88 ans et ses principaux ministres. Dans la vidéo, qui est devenue virale sur les réseaux sociaux, le principal intervenant, Bonda, a utilisé un langage vulgaire pour décrire Biya et a accusé les membres de son gouvernement de siphonner 180 milliards de FCFA.

Dans le clip, il dit qu’ils travaillent dans une plantation de bananes de 6 heures à 18 heures, « sous la pluie et le soleil pour un salaire de 32, 232 de FCFA, mais les ministres qui traînent dans la capitale, Yaoundé, vont à leurs bureaux à 8 ou 9 heures et se retournent juste pour quelques minutes et volent 338 millions de dollars… Vous irez tous en enfer ».

Deux autres condamnés, qui sont accusés d’être les complices de Bonda, ont aidé à filmer le déchaînement du jeune ouvrier.

La vidéo a été diffusée après l’annonce que le Cameroun allait recevoir un prêt du Fonds monétaire international (FMI) pour l’aider à lutter contre le Covid-19.

Elle a également été diffusée après la publication d’un rapport préliminaire de la Chambre des comptes de la Cour suprême du Cameroun, qui a révélé une mauvaise gestion et un détournement flagrants du fonds spécial de 338 millions de dollars créé en 2020 pour lutter contre le coronavirus.

Le rapport qui a fait l’objet d’une fuite accuse plusieurs fonctionnaires de corruption, de gaspillage, de comptabilité inappropriée, de passation de marchés sans procédure, d’allocations irrégulières, de conflits d’intérêts et de détournement de fonds Covid-19.

L’avocat Fabien Kengne, principal conseil des accusés, a déclaré qu’il ferait appel de la décision.

« C’est vrai… personne n’approuve les déclarations faites, mais nous aurions pu prendre cela comme une plaisanterie. J’ai constaté lors de mon enquête qu’ils n’ont pas de passé criminel. Ce sont donc d’honnêtes citoyens qui en avaient marre », a déclaré l’avocat.

Fabien Kengne

Related posts

Cameroun : Les usagers de Whatsapp s’inquiètent de la politique de confidentialité

Franklin NIMPA

Douala : Démarrage des travaux de construction d’une ligne de Tramway de 18 km en 2023

marie Lisette Zogo

Education- Cameroun : Les enseignants pensent rattrapage des cours après l’OTS

marie Lisette Zogo

Cameroun : Condamnation de 16 Tchadiens pour « tentative d’assassinat » en Guinée équatoriale

Franklin NIMPA

Cameroun : Chocs entre groupes séparatistes rivaux et mort de combattants

Franklin NIMPA

Incendie au Livs : Le président prescrit qu’une enquête soit ouverte

marie Lisette Zogo

Leave a Comment