fbpx
Kapt Media
Africa Politics

Coup d’État au Burkina Faso : Le sort du président Roch Kabore reste incertain

L’armée burkinabé a pris le contrôle du pays lundi, annonçant qu’elle avait déposé le président Roch Kabore et dissous le gouvernement et le parlement. Les militaires ont également déclaré qu’ils avaient suspendu la constitution et fermé les frontières du pays.

Le capitaine Sidsore Kader Ouedraogo a fait cette annonce à la télévision d’État, proclamant que les militaires avaient pris le pouvoir. Il a déclaré que le coup d’État était une réponse à la « dégradation » continue du pays et à l’incapacité du gouvernement à gérer correctement la nation.

Les militaires ont déclaré que le lieutenant-colonel Paul-Henri Damiba était le nouveau dirigeant du pays. Cet officier supérieur a récemment été promu au poste de commandant de la troisième région militaire du Burkina Faso. Damiba a fait ses études à Paris et est l’auteur d’un livre sur la politique ouest-africaine.

Les militaires n’ont pas précisé s’ils avaient arrêté Kabore ni où il était détenu. Le président déchu n’a pas été vu en public depuis qu’une émeute a éclaté à l’intérieur du palais présidentiel de Ouagadougou au cours du week-end.

Lundi, un message a été publié sur le compte Twitter de Kabore. Ce message demandait à ceux qui prenaient les armes contre le gouvernement d’engager des discussions. Il les encourageait à baisser les armes, car la violence ne serait pas le meilleur moyen de résoudre les « contradictions ».

Une source au sein de l’armée a affirmé que Kabore a été arrêté lundi et emmené dans une base militaire. Il a été arrêté avant que les militaires ne prennent d’assaut le palais présidentiel. Kabore aurait signé une lettre de démission et serait sain et sauf.

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a exprimé ses inquiétudes quant à la sécurité du Président Kabore, déclarant que l’organisation suit de près la situation au Burkina Faso.

La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a également exprimé les mêmes inquiétudes, ajoutant qu’elle suivrait de près la situation politique et sécuritaire. La CEDEAO a appelé les militaires à engager le dialogue pour résoudre le problème.

Un responsable militaire a déclaré que le coup d’État était en préparation depuis le mois d’août. Ils auraient planifié le coup par le biais d’applications de messagerie cryptées et de réunions secrètes à l’extérieur de la capitale nationale. Les responsables militaires ne seraient pas satisfaits de la façon dont le gouvernement a géré les attaques terroristes dans le pays, estimant que le pays se porterait mieux sous un régime militaire.

Le Burkina Faso a été ravagé par la violence liée à l’État islamique et à Al-Qaïda. Les attaques terroristes ont fait des milliers de morts et déplacé 1,5 million de personnes. L’armée a été particulièrement touchée ; dans le Sahel, au moins 50 membres des forces de sécurité ont été tuées le mois dernier.

Depuis des semaines, la colère gronde dans tout le pays. Le coup d’État a lieu un jour seulement après une manifestation dans la capitale appelant à la démission du président.

Related posts

Mali : Libération de l’ancien président de la transition et de l’ancien Premier ministre

Franklin NIMPA

Angola : La ministre des finances s’engage à investir dans la coopération avec la Chine

Franklin NIMPA

Somalie: Attentat-suicide à Mogadiscio

Armense Nya

Le nouveau barrage hydro-électrique de Kinguélé sera construit par SINOHYDRO

marie Lisette Zogo

Casamance : Plusieurs bases rebelles sous le contrôle de l’armée sénégalaise

marie Lisette Zogo

Coupe d’Afrique des Nations 2021 : le Cap-Vert bat l’Éthiopie à plate couture

Franklin NIMPA

Leave a Comment