fbpx
Kapt Media
World

Code rouge : Un avertissement urgent de l’ONU sur le changement climatique, imputant la responsabilité « sans équivoque » à l’homme

Selon les Nations unies, il est de plus en plus évident que le changement climatique entraîne déjà des conditions météorologiques extrêmes dans le monde entier et que de nombreux changements pourraient être irréversibles avant des siècles, voire des millénaires.

Ce lundi, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) des Nations unies a publié un rapport choc sur le changement climatique, appelant à l’arrêt immédiat de l’utilisation des combustibles fossiles. Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a qualifié les conclusions du rapport de « code rouge pour l’humanité ».

« Ce rapport doit sonner le glas du charbon et des combustibles fossiles, avant qu’ils ne détruisent notre planète », a déclaré Antonio Guterres dans un communiqué, ajoutant que « les sonneries d’alarme sont assourdissantes ».

Antonio Guterres

Le dossier de l’ONU s’appuie sur plus de 14 000 études scientifiques, fournissant les preuves les plus concluantes à ce jour que le changement climatique augmente la fréquence et la gravité des phénomènes météorologiques extrêmes.

Selon le rapport, les humains sont « sans équivoque » à blâmer pour le changement climatique, et il note que l’état actuel du système climatique est « sans précédent » depuis des siècles.

« Le changement climatique induit par l’homme affecte déjà de nombreux phénomènes météorologiques et climatiques extrêmes dans toutes les régions du monde », note le rapport, ajoutant que les preuves de phénomènes météorologiques extrêmes se sont renforcées depuis le dernier rapport d’évaluation des Nations unies – le cinquième sur le sujet.

Les Nations unies préviennent que les températures continueront d’augmenter au cours du XXIe siècle dans tous les scénarios d’émissions envisagés. Des réductions considérables des émissions de carbone seront nécessaires pour empêcher une augmentation prévue de 1,5 à 2 °C (35 à 36°F) des températures mondiales.

Le rapport ajoute que les puits de carbone océaniques et terrestres devraient devenir moins efficaces pour ralentir l’accumulation des gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

Le rapport du GIEC est publié quelques mois avant que les dirigeants du monde entier ne se réunissent à Glasgow, en Écosse, pour la conférence des Nations unies sur le changement climatique, au cours de laquelle l’organisation fera pression pour que des engagements majeurs soient pris en vue de réduire les émissions.

Ce dossier intervient également après un mois de rapports apparemment interminables sur des phénomènes météorologiques extrêmes, notamment des moussons meurtrières en Inde, des inondations en Chine, des vagues de chaleur au Canada et des incendies de forêt provoqués par la météo en Russie, en Grèce, en Turquie et aux États-Unis.

Related posts

États-Unis : Restrictions de visas en raison de la crise séparatiste au Cameroun

Franklin NIMPA

Présidentielle en Iran : Ebrahim Raïssi, l’ultraconservateur gagne les élections

marie Lisette Zogo

Real Madrid : décembre 2022, date de l’inauguration du nouveau Bernabéu

marie Lisette Zogo

Ballon d’Or 2021 : L’Afrique compte deux représentants

marie Lisette Zogo

Pourquoi la Guinness est-elle si populaire en Afrique ?

Franklin NIMPA

Covid-19 : MSF exhorte à ne pas négliger l’approvisionnement en oxygène médical

Franklin NIMPA

Leave a Comment