fbpx
Kapt Media
World

CAN 2021 : Infantino serait-il en train de perdre face à l’Afrique ?

Des fissures semblent apparaître dans la domination étouffante de la FIFA sur la Confédération africaine de football (CAF), des divisions qui pourraient signaler un affaiblissement de la base de pouvoir du président de la FIFA, Gianni Infantino, au sein de son soutien principal.

Dans une lettre datée du 15 janvier, consultée par Insideworldfootball, le secrétaire général de la CAF, Veron Mosengo-Omba, a écrit à la secrétaire générale de la FIFA, Fatma Samoura, pour lui demander furieusement pourquoi la FIFA n’a informé le joueur sénégalais Papa Gueye de son exclusion de la compétition que dans le bus de l’équipe, sur le chemin du match d’ouverture de son pays.

Mosengo-Omba a déclaré que la CAF a pris note « avec surprise et consternation de la notification, en pleine Coupe d’Afrique des Nations, de la suspension par la FIFA du joueur sénégalais Pape Gueye dans le cadre d’une affaire qui dure depuis plus d’un an au moins. »

Rappelant que la CAN est la compétition phare de l’Afrique, il poursuit en se « demandant si cette instance (disciplinaire de la FIFA) ou ces employés de la FIFA sont au courant que la CAN existe et qu’elle se joue en ce moment. »

Il se demande également si la CAF bénéficie de la même égalité de traitement et du même respect que les autres régions. « Auraient-ils (la discipline de la FIFA) publié de cette manière sans attendre une suspension contre un Mbappé en plein Euro ? », s’interroge-t-il.

L’édition actuelle de la Coupe d’Afrique des Nations au Cameroun a rencontré de nombreux défis avant le tournoi, mais la CAF et son président Patrice Motsepe n’ont jamais renoncé à leur conviction que le tournoi aurait lieu, malgré la suggestion de dernière minute de la FIFA et d’Infantino que la compétition pourrait être reportée suite aux problèmes de propagation de la covid, aux plaintes des clubs européens qui perdent des joueurs pour la compétition, et à la Coupe du monde des clubs de la FIFA qui commence dès la fin de l’AFCON.

La CAF a néanmoins insisté sur le fait que le spectacle allait continuer, a trouvé un arrangement avec les clubs européens pour la libération des joueurs et a ramené ses meilleures nations à la compétition dont elles avaient tant besoin avec le coup d’envoi du tournoi le 9 janvier.

Le fait que la FIFA ait ensuite choisi de bannir un joueur dans ces circonstances laisse penser qu’il s’agit d’une nouvelle manœuvre politique de la part d’une FIFA qui utilise sans vergogne ses fonctions disciplinaires comme une solution armée pour le contrôle politique.

La lettre suggère qu’un fossé s’est creusé entre le président sud-africain milliardaire de la CAF, Motsepe, Infantino et la FIFA. Motsepe a été largement considéré comme la marionnette africaine de la FIFA, se pliant aux idées et aux exigences de la FIFA sans se poser de questions. Mais Motsepe est aussi un homme d’affaires méticuleux quant à sa réputation et il a une ambition pour l’Afrique qui se révèle peut-être plus importante pour lui que les exigences impérialistes de la FIFA.

Mosengo-Omba est un ancien membre du cercle restreint d’Infantino à Zurich, et a effectué une grande partie des manœuvres politiques pour Infantino en Afrique, avant d’être parachuté à la tête de la CAF.

Le ton de la lettre ne sera pas perdu dans les flux et reflux de la construction du pouvoir politique au sein de la FIFA.

« Le moment inopportun de la notification de cette décision donne une mauvaise perception des bonnes relations entre la FIFA et la CAF », estime Mosengo-Omba. « Cela prête le flanc à ceux qui disent que la FIFA ne respecte pas l’Afrique, alors que nous savons que ce n’est pas le cas. Je suis bien placé pour le dire ».

Mosengo-Omba

Pour que la CAF prospère et que ses nations améliorent leur compétitivité, il faut qu’elles jouent. « Cette notification malheureuse déstabilise non seulement l’équipe concernée, mais aussi la compétition, sachant que le joueur en question est dans le plan marketing de la CAF », déclare Mosengo-Omba.

« Cet incident nuit à l’esprit de collaboration que nous attendions d’un partenaire de premier plan pour la CAF. »

Infantino a fait parler de lui ce week-end pour avoir quitté le siège de la FIFA à Zurich pour s’installer au Qatar, où il travaille. Il pourrait maintenant se retrouver pris dans des sables mouvants. La lettre de la CAF enverra un vent froid pour avertir que les Africains ne seront pas pris pour acquis, ni intimidés par un quelconque manque de respect de la part du siège mondial du football.

En conclusion de sa lettre à Samoura (elle-même sénégalaise), Mosengo-Omba déclare : « Nous comptons sur vous pour prendre les mesures adéquates afin d’éviter de tels désagréments à l’avenir et pour expliquer les différentes compétitions de la CAF aux employés de la FIFA, en particulier ceux de la division « juridique », si nécessaire. »

Mosengo-Omba

Related posts

Haïti : Le Premier ministre, suspecté du meurtre du président Moise, remplace le ministre de la Justice

Franklin NIMPA

Tirage au sort UEFA 2021/22 : Michael Essien sera présent

marie Lisette Zogo

Crimée : La péninsule qui empoisonne les relations entre la Russie et l’Ukraine

Franklin NIMPA

Twitter : Une amende de 809 millions de dollars pour régler le procès des investisseurs trompés

Franklin NIMPA

Officiel : Cristiano Ronaldo élu meilleur attaquant de la Série A

marie Lisette Zogo

Sunao Tsuboi – survivant de la bombe atomique d’Hiroshima décède à 96 ans

Franklin NIMPA

Leave a Comment