fbpx
Kapt Media
Politics

Cameroun : Un avocat spécialisé dans les droits de l’homme arrêté sur la base de fausses accusations liées au terrorisme

Une semaine s’est écoulée depuis que Amungwa Tanyi Nicodemus, célèbre avocat camerounais spécialisé dans les droits de l’homme, a été jeté derrière les barreaux sur la base de fausses accusations d’incitation au terrorisme.

Amungwa a été arrêté par des gendarmes le 31 mai au Groupement Territorial de la Gendarmerie à Yaoundé, dans la capitale du Cameroun, alors qu’il apportait son aide à un client. Selon les avocats d’Amungwa, après qu’Amungwa s’est plaint d’une violation de la procédure pénale camerounaise dans l’affaire de son client, le gendarme chargé de l’enquête a saisi le téléphone d’Amungwa sans mandat, au motif qu’Amungwa avait pris des photographies dans l’établissement. En cherchant les prétendues photos, le gendarme a trouvé d’autres photos montrant des abus militaires présumés dans les régions anglophones du Cameroun et a arrêté Amungwa, ont déclaré ses avocats.

Amungwa a été transféré au Service Central des Recherches Judiciaires (SCRJ), au Secrétariat d’État à la défense (SED) – un lieu de détention où Human Rights Watch a précédemment documenté le recours répété à la détention au secret et à la torture – où il est toujours détenu.

Le 1er juin, les avocats d’Amungwa et le chef du barreau du Cameroun lui ont rendu visite en détention et ont demandé instamment sa libération. Deux jours plus tard, l’auditeur du tribunal militaire de Yaoundé a rejeté la demande de mise en liberté sous caution des avocats d’Amungwa et a renvoyé l’affaire au SCRJ pour « vérifications pertinentes ».

Amungwa, membre du barreau camerounais, est l’un des avocats représentant Sisiku Julius Ayuk Tabe, le chef emprisonné du groupe séparatiste camerounais, le gouvernement intérimaire d’Ambazonie, et plusieurs autres personnes arrêtées dans le cadre de la crise anglophone.

« L’arrestation d’Amungwa est une attaque directe contre la profession d’avocat », dit Ayukotang Ndep Nkongho, l’un des avocats d’Amungwa. « Sa détention arbitraire révèle un système visant à étouffer et à saper le rôle et les activités des avocats impliqués dans des affaires de droits de l’homme essentielles. »

Ayukotang Ndep Nkongho

La détention d’Amungwa s’inscrit dans le cadre d’une répression plus large de l’opposition et de la dissidence au Cameroun. Il fait partie des dizaines de détracteurs du gouvernement, de défenseurs des droits humains et de journalistes arrêtés ces dernières années.

Posséder des photographies qui apportent des preuves des abus commis dans les régions anglophones n’est pas un crime, et encore moins un acte d’incitation au terrorisme. Les autorités camerounaises doivent libérer immédiatement Amungwa et veiller à ce que ses droits à une procédure régulière ainsi que son rôle et ses privilèges en tant qu’avocat soient respectés.

Related posts

Présidentielle nigériane de 2023 : Le soutien de Buhari à la région qui produira le prochain président est connu

Franklin NIMPA

Tchad: Fermeture des frontières et couvre-feu imposés dans le pays

marie Lisette Zogo

Le Mali rejette les propositions de la CEDEAO sur la Transition  

Armense Nya

Nécrologie : Décès de l’ancien Premier ministre Simon Achidi Achu

marie Lisette Zogo

Emmanuel Macron: « Sans la France au Sahel il n’y aurait plus de gouvernement au Mali »

Armense Nya

CEMAC : Un sommet extraordinaire des chefs d’Etats prévu ce mercredi

marie Lisette Zogo

Leave a Comment