fbpx
Kapt Media
Society

Cameroun : Les affrontements intercommunautaires font des dizaines de morts et des milliers de déplacés

Un nouveau cycle d’affrontements intercommunautaires pour des ressources rares au Cameroun a fait des dizaines de morts et de blessés et a poussé au moins 100 000 personnes à fuir leur foyer.

La semaine dernière, l’agence des Nations Unies pour les réfugiés a signalé que les affrontements intercommunautaires qui ont éclaté le 5 décembre dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun avaient incité 30 000 réfugiés à traverser la frontière pour se réfugier au Tchad.

Le porte-parole du HCR, Matthew Saltmarsh, affirme que ce nombre a presque triplé au cours des deux dernières semaines. Selon lui, les combats entre éleveurs, pêcheurs et agriculteurs pour des terres et des ressources en eau en diminution ont poussé environ 85 000 personnes à se réfugier au Tchad voisin, tandis que quelque 15 000 Camerounais sont déplacés à l’intérieur de leur pays.

« Le nombre de victimes des combats a également augmenté, passant à 44 personnes tuées et 111 personnes blessées », a indiqué Mme Saltmarsh. « La grande majorité des nouveaux arrivants au Tchad sont des enfants, et 98 % des adultes sont des femmes. »

Saltmarsh

À titre de comparaison, le bilan des victimes était de 22 morts et 30 blessés lors du dernier cycle de violences intercommunautaires.

Les combats entre les communautés pastorales, agricoles et de pêcheurs se sont aggravés en raison de la crise climatique. La désertification croissante au cours des dernières décennies a limité l’accès à l’eau et aux terres pour le pâturage et l’agriculture. La concurrence pour ces ressources en diminution a conduit à des affrontements plus fréquents et plus brutaux.

Selon M. Saltmarsh, les victimes de ces altercations ont un besoin urgent d’une assistance vitale. Il indique que le HCR intensifie rapidement ses opérations pour aider les personnes affectées au Cameroun et les nouveaux réfugiés au Tchad.

« Les réfugiés ont un besoin urgent d’abris, de couvertures, de nattes et de kits d’hygiène. Certains sont généreusement accueillis par des communautés locales, mais la plupart dorment encore en plein air ou sous des arbres », a déclaré Mme Saltmarsh. « De nombreuses personnes déplacées font état de difficultés à trouver de l’eau potable et n’ont pas accès à des latrines ; concernant les problèmes d’hygiène, ils sont en augmentation. »

Saltmarsh

Selon M. Saltmarsh, les fonds nécessaires pour financer cette opération coûteuse sont rares. Il note qu’à peine plus de la moitié des 240 millions de dollars nécessaires pour soutenir les opérations humanitaires au Cameroun et au Tchad ont été reçus.

Related posts

Nigeria: un chef de la police tombe pour trafic de drogue  

Armense Nya

Crise Anglophone : Un nouveau coup dur dans les rangs des militaires au Nord-Ouest

marie Lisette Zogo

Algérie: une explosion de gaz fait neuf morts 

Armense Nya

Nécrologie : La dépouille du Sultan Mbombo, foule le sol camerounais

marie Lisette Zogo

Cameroun : La communauté ecclésiale de Bamenda déplore le meurtre d’étudiants et d’enseignants

Franklin NIMPA

Cameroun : Rentrée Scolaire – Début effectif des cours

Franklin NIMPA

Leave a Comment