fbpx
Kapt Media
Africa Society

Cameroun : l’armée affirme avoir poussé les rebelles du groupe Boko Haram vers le Nigeria

Mercredi, l’armée camerounaise a déclaré que ses troupes avaient repoussé environ 80 terroristes de Fotokol, une ville située à la frontière avec le Nigeria.

Selon un communiqué, les combattants de Boko Haram venaient de la ville nigériane de Wulgo, dans l’État de Borno.

Les forces armées camerounaises ont déclaré avoir tué plusieurs combattants lors d’affrontements cette semaine, mais Boko Haram s’est enfui avec tous les corps sauf deux. L’armée a déclaré avoir détruit six jeeps de guerre et saisi un important arsenal, notamment des mitrailleuses et des fusils d’assaut.

Ils ont précisé que l’opération de lundi a été menée par les troupes de la Force d’intervention conjointe multinationale de la Commission du bassin du lac Tchad.

Le Porte parole de l’armée, le Capitaine de vaisseau Atonfack Guemo Cyrille Serge, a déclaré que l’opération a permis de libérer plusieurs civils qui avaient été enlevés par les militants.

Zumbaisi Babale, 19 ans, témoin des enlèvements, a déclaré que les combattants avaient enlevé sa sœur aînée et un homme avec lequel elle cherchait refuge dans l’église de son village. Il a dit s’être caché sous un banc jusqu’au départ des combattants, puis les militaires l’ont emmené dans leur base pour le protéger.

Midjiyawa Bakari, gouverneur de la région de l’Extrême-Nord du Cameroun, a déclaré que les combattants de Boko Haram se cachent toujours près de la frontière, et que les civils doivent signaler les étrangers dans leurs villes et villages.

Par le biais d’une application de messagerie, il a déclaré depuis la ville de Maroua, dans le nord du pays, que l’armée avait été mobilisée pour être en état d’alerte tout le long de la frontière du Cameroun avec le Nigeria et le Tchad. Tous les voyageurs et leurs marchandises seront contrôlés afin de protéger le territoire camerounais de Boko Haram et de tout groupe rebelle qui tenterait d’y pénétrer, a ajouté M. Bakari.

Par ailleurs, l’attaque de lundi est survenue une semaine après que le Tchad a annoncé la mort de son président, Idriss Deby.

Joseph Vincent Ntouda Ebode, spécialiste de la résolution des conflits à l’Université de Yaoundé, a déclaré que les terroristes ont pu se mobiliser en pensant que le Tchad avait rappelé ses troupes et qu’il y avait moins de soldats pour combattre Boko Haram.

Pour lui, les terroristes savent que le Tchad, qui fournit un nombre important de troupes pour combattre Boko Haram, se concentre désormais sur l’élimination des menaces pour sa sécurité intérieure. Pour cette raison, a-t-il dit, le Cameroun et le Nigeria devraient remobiliser leurs troupes car les terroristes de Boko Haram vont intensifier leurs attaques puisqu’ils savent que le Tchad a d’autres priorités.

Il est difficile de savoir avec certitude si le Conseil militaire de transition au Tchad sera aussi dévoué que le défunt président tchadien dans la lutte contre Boko Haram, a ajouté M. Ebode.

Actuellement, il existe environ 8 000 soldats dans la force d’intervention conjointe multinationale qui combat Boko Haram.

Les forces armées n’ont pas indiqué si le Tchad avait retiré ses troupes.

Related posts

Nigeria : Twitter suspendu après la suppression d’un tweet du président

Franklin NIMPA

CEMAC : Recueil de fonds illicite auprès des citoyens et manœuvre frauduleuse sur le plan financier

Franklin NIMPA

Conakry : Des tirs incessants réveillent les habitants du centre de Conakry ce dimanche matin

Armense Nya

Santé : Les bienfaits du manioc en Afrique

Franklin NIMPA

Trente huit pays ratifient l’accord de libre-échange avec l’Afrique

Franklin NIMPA

Cameroun – Algérie : Le ministre des Sports algériens sort de sa réserve

marie Lisette Zogo

Leave a Comment