fbpx
Kapt Media
Society

Cameroun : La police lance des gaz lacrymogènes à l’encontre des habitants qui luttent contre l’expulsion près de l’aéroport de Douala

Samedi matin dans la capitale économique du Cameroun, Douala, la police a fait usage de gaz lacrymogènes lors d’affrontements avec des habitants qui luttaient contre l’expulsion d’un quartier jouxtant l’aéroport de Newton.

Selon un porte-parole, les habitants de ce quartier non résidentiel, connu localement sous le nom de Fret Aeroport, occupent illégalement des terres publiques et ne seront pas indemnisés.

Certains résidents, dont beaucoup vivent à côté de l’aéroport depuis des décennies malgré les tentatives répétées des autorités pour les déplacer, ont déclaré qu’on leur avait donné moins de deux jours pour déménager.

« C’est un terrain de l’aéroport, l’aéroport a son titre foncier ici et ces populations se sont installées de manière anarchique », a déclaré Hector Eto Fame, un représentant du gouvernement local. Les personnes qui occupent illégalement le domaine privé de l’État ne méritent pas, selon la loi, d’être indemnisées. »

Hector Eto Fame

La police anti-émeute s’est livrée à des batailles rangées avec des personnes lançant des pierres alors qu’elle allait de maison en maison, se faufilant dans des rues étouffées par des meubles, des matelas et des gaz lacrymogènes. Une barricade de tables en feu a été vue bloquant une route.

Dans un autre quartier, des femmes et des enfants pleuraient en regardant une grande pelleteuse démolir des bâtiments au milieu d’un terrain vague de béton et de toitures métalliques froissées.

C’est la deuxième fois que des personnes sont expulsées du quartier cette année. En janvier, près de 200 familles ont été chassées de chez elles, selon des groupes de défense des droits locaux.

Le gouvernement a déclaré que plus de 100 000 personnes vivaient auparavant dans le périmètre de l’aéroport et qu’il était nécessaire de les déplacer pour empêcher les gens de traverser la piste et protéger les avions.

« Nous avons reçu la mise en demeure moins d’un jour avant la destruction. Je suis bouleversé », a déclaré Daïkolé Mama, un résident. On ne nous a rien dit sur la motivation de la destruction. Je vis dans ce quartier depuis 30 ans. »

Daïkolé Mama

Related posts

Joe Chebonkeng nommé Président du conseil national de la communication

marie Lisette Zogo

Passeport biométrique : La mise en garde du délégué général à la sureté Nationale contre les faux sites de pré-enrôlement

marie Lisette Zogo

Liste des candidats déclarés admis à l’examen d’entrée de l’École Polytechnique de Yaoundé 2021/2022

Franklin NIMPA

Cameroun : La transformation d’un camp désertique en une forêt florissante par les réfugiés

Franklin NIMPA

Christine ngo tjock maire de Boumnyebel comme tous les jeudis, fait une descente sur le terrain.

marie Lisette Zogo

Leave a Comment