fbpx
Kapt Media
Health

Cameroun : Journée mondiale de l’hygiène menstruelle

Outre la douleur que certaines femmes ressentent, d’autres se sentent sales, gênées et stigmatisées en raison des moyens limités dont elles disposent pour gérer correctement leurs règles.

La menstruation est un processus qui a été baptisé de plusieurs noms : certains l’appellent « Bra », d’autres « Congo », mais le nom biologique est menstruation. D’un point de vue médical, les menstruations sont un processus biologique sain, à savoir le saignement vaginal normal qui se produit dans le cadre du cycle mensuel d’une femme. Chaque mois, les médecins disent que le corps de la femme se prépare à une grossesse.

En cas d’absence de grossesse, l’utérus, ou matrice, se débarrasse de sa muqueuse sous forme de sang et en partie de tissu à l’intérieur de l’utérus. Cet écoulement mensuel de sang devient un problème pour la plupart des jeunes filles. Cela n’est pas dû au fait qu’elles ont été impliquées dans des actes sexuels, mais à leur incapacité à gérer une hygiène menstruelle correcte. C’est pourquoi le monde commémore aujourd’hui la Journée de la gestion de l’hygiène menstruelle afin de souligner le manque d’hygiène et l’importance d’une bonne gestion de l’hygiène menstruelle au niveau mondial.

En tant que défenseur de la gestion de l’hygiène menstruelle, Nadia Ntumaghe explique que la gestion de l’hygiène menstruelle (GAM) ou la santé et l’hygiène menstruelles (SASH) fait référence à l’accès à des produits d’hygiène menstruelle pour absorber ou collecter le flux de sang pendant les menstruations, à l’intimité pour changer les matériaux et à l’accès à des installations pour éliminer les matériaux de gestion menstruelle usagés.

Au Cameroun, la question est encore ignorée et peu vulgarisée dans la société, selon Nadia Ntumaghe. Cela entraîne malheureusement des difficultés dans la gestion de l’hygiène menstruelle. Selon les statistiques, elle révèle que 30 % de la population vit encore sous le seuil de pauvreté. La plupart des femmes ont donc du mal à satisfaire leurs besoins de base, et encore moins à se procurer un paquet de serviettes hygiéniques jetables. Selon Mme Ntumaghe, le système éducatif devrait accorder plus de place aux soins féminins et les deux sexes devraient participer à ces cours. Le Dr Lilian Banmi Ngwana, gynécologue-obstétricien à l’hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Yaoundé, a réaffirmé que l’hygiène menstruelle est importante, car sans elle, la femme est exposée aux infections des organes reproducteurs. En l’absence de serviette hygiénique, le gynécologue invite les femmes à utiliser une serviette bien découpée comme une serviette.

Related posts

Santé : Avancées dans l’étiologie génétique des problèmes d’audition

Franklin NIMPA

Cameroun : Mbam & Kim – Le CERAC apporte son soutien à la santé de la population

Franklin NIMPA

Alzheimer : Une possible lueur d’espoir pour les patients

marie Lisette Zogo

Afrique-Santé : Opération de vaccination contre la Covid-19 en Afrique – Le Cameroun présente son bilan des progrès accomplis

Franklin NIMPA

Santé : L’augmentation des césariennes au Cameroun est préoccupante

Franklin NIMPA

COVID-19 : Aucun défilé n’aura lieu ce 1e mai

marie Lisette Zogo

Leave a Comment