fbpx
Kapt Media
Society

Cameroun : Expulsion de mineurs clandestins d’un village frontalier après un effondrement de terrain ayant fait 27 victimes

Les autorités camerounaises ont annoncé qu’elles expulsaient plus de 1 000 orpailleurs clandestins à la frontière orientale du pays avec la République centrafricaine, après la mort de 27 mineurs en mai dernier suite à des effondrements de terrain.

Au moins 300 mineurs illégaux ont été contraints par la police et l’armée camerounaises de s’asseoir à même le sol sur la place du marché de Kambele dans la nuit de mardi à mercredi. Parmi eux se trouvent des Camerounais, des Centrafricains et des Sénégalais.

Kambele est un village de Batouri, une unité administrative située à environ 700 kilomètres du voisin oriental du Cameroun, la RCA.

Lundi, les autorités locales de Batouri ont déclaré que 27 orpailleurs clandestins étaient morts dans le village de Kambele en mai. Auberlin Mbelessa, maire de Batouri, a déclaré qu’une réunion de crise d’urgence avait recommandé l’expulsion d’au moins 1 000 civils de la zone minière à risque.

Les autorités camerounaises ont déployé des secouristes, des militaires et des policiers à Kambele pour débarrasser la zone des mineurs clandestins et s’assurer que les mineurs clandestins étrangers obtiennent leur permis de résidence et d’exploitation ou qu’ils partent.

Quant à l’armée, elle interdit aux mineurs de se rendre dans les zones à risque où les tranchées creusées pour récolter l’or s’effondrent. Baba Bell, chef traditionnel de Kambele, affirme que certains civils ont pu se noyer dans des tranchées remplies d’eau suite à de fortes pluies.

Selon lui, chaque année pendant la saison des pluies, à partir du mois d’avril, de nombreuses mines d’or s’effondrent, laissant de nombreuses personnes gravement blessées ou mortes. Il dit que la majorité des victimes sont des jeunes Camerounais au chômage qui inondent son village à la recherche d’opportunités. En plus de cela, il dit que plusieurs centaines d’étrangers du Congo-Brazzaville, de la République centrafricaine, de la Chine et du Sénégal se trouvent dans son village.

Hilaire Kembe, un orpailleur clandestin camerounais, vit dans le village de Kembele. Il dit qu’il est impossible de connaître le nombre exact de morts ou de blessés en mai à Kambele.

Il précise que les mineurs ne signalent pas la découverte de cadavres et d’ossements humains sur les sites miniers, de peur d’être détenus pendant plusieurs semaines dans des postes de police pour y être interrogés. En outre, il affirme que plusieurs centaines de villageois et de mineurs étrangers, dont l’identité est inconnue, préfèrent creuser pour trouver de l’or la nuit, lorsque les policiers et les militaires camerounais se retirent dans leurs casernes. De même, il dit qu’il est difficile de savoir quand les mineurs de nuit sont enterrés par l’effondrement des sols.

Certains mineurs clandestins sont, selon le Cameroun, des personnes déplacées fuyant le conflit en RCA et les groupes terroristes de Boko Haram à sa frontière nord avec le Nigeria. D’autres fuient les combattants séparatistes anglophones dans les régions occidentales anglophones du pays.

Dans cette zone, le gouvernement a toujours interdit aux personnes non autorisées de creuser. Mais de nombreux jeunes ignorent cet ordre, sous prétexte qu’ils sont au chômage.

Related posts

PLUS DE 120 MILLIONS DE FCFA POUR ECLAIRER LA VILLE DE DSCHANG AU SOLAIRE

Franklin NIMPA

Sénégal : Deux morts lors de manifestations préélectorales à Dakar 

Armense Nya

RDC : une vingtaine de paysans enlevés à Fizi

Armense Nya

Somalie: Attentat-suicide à Mogadiscio

Armense Nya

Sénégal : Un mois de prison pour le fraudeur au Bac

marie Lisette Zogo

Leave a Comment