fbpx
Kapt Media
Society

Cameroun : Échanges de propos politiques – Affrontements inquiétants sur les réseaux sociaux

Certaines personnalités politiques se sont lancées dans l’utilisation abusive des réseaux sociaux pour régler leurs comptes et anéantir leurs adversaires.

Les réseaux sociaux ont fait leur apparition et gagnent considérablement en importance pour faciliter le processus démocratique au Cameroun, le débat et la communication, même avec la plus haute personnalité de l’État qui, très souvent, transmet ses messages au public et à ses compatriotes en utilisant l’un des réseaux sociaux (twitter).

En effet, la société contemporaine ne peut fonctionner pleinement sans l’utilisation des réseaux sociaux tels que WhatsApp, twitter, Facebook, YouTube et Instagram. Les résultats sur l’étude de l’utilisation des médias sociaux lors de l’élection présidentielle de 2018 au Cameroun indiquent qu’en septembre 2018, le mois précédant l’élection d’octobre, l’utilisation des réseaux sociaux était la plus élevée. Les candidats ont utilisé les médias sociaux pour donner des rapports détaillés de leurs campagnes, afficher leurs manifestations et utiliser au maximum les réseaux médiatiques disponibles pour communiquer afin de courtiser le plus grand nombre d’électeurs pour augmenter leurs chances de victoire. Au moment de la rédaction de ces lignes, de nombreux partis et acteurs politiques utilisent les réseaux sociaux pour communiquer sur leurs activités.

De manière générale, le débat, et le débat politique en particulier, est intéressant et très animé, les réseaux sociaux jouant un rôle important. Cependant, la nature intéressante et didactique du débat, même dans les médias traditionnels tels que la presse écrite, la radio et la télévision, est de plus en plus mal interprétée et les déviations se multiplient. Les débats dans les médias traditionnels sur des questions d’intérêt entre personnalités politiques se sont transformés en insultes enflammées, haineuses et embarrassantes sur les réseaux sociaux. Les échanges entre le président du Parti camerounais pour la réconciliation nationale (PCRN), l’honorable Cabral Libii, et l’avocate des droits de l’homme, Me Alice Nkom, ne sont que la partie visible de l’iceberg. Le débat a conduit à la création de camps de partisans de chacune de ces personnalités qui ont donné lieu à des insultes et contre-insultes et à la révélation de certains aspects de leur vies privées. Le débat ici n’est plus l’échange pour défendre son point de vue avec des efforts pour convaincre l’adversaire mais celui d’insultes banales.

Face à la recrudescence de la série d’affrontements sur les réseaux sociaux, les personnalités politiques camerounaises et les utilisateurs des réseaux sociaux ont appelé à la retenue et insisté sur l’utilisation des médias sociaux pour avoir un impact positif sur la société. Ils sont tous d’accord pour dire que le débat politique est intéressant, car il aborde différents aspects de la vie nationale tels que la gouvernance, la démocratie, l’évolution politique du pays, mais il devrait s’agir d’un débat d’idées et non d’attaques personnelles conflictuelles.

Related posts

Péninsule de Bakassi: Un soldat du BIR tué par des séparatistes de la BNL

marie Lisette Zogo

Cameroun : les albinos appellent à plus d’attention et de considération

Franklin NIMPA

Nigeria : Des dizaines d’élèves enlevés en mai, libérés

marie Lisette Zogo

Bafoussam 1er: Chasse à l’homme contre les autorités locales?

Armense Nya

Cameroun : « La jeunesse doit faire preuve de patriotisme et contribuer à mettre fin à la crise séparatiste »

Franklin NIMPA

Cameroun : 100 bus équipés de caméras de surveillance

Armense Nya

Leave a Comment