fbpx
Kapt Media
Society

Cameroun : Deux Transgenres libérés provisoirement de prison

Shakiro et Patricia ont été arrêtées au début de l’année pour s’être assises à la sortie d’un restaurant et emprisonnées en mai pour « tentative d’homosexualité ».

Shakiro et Patricia ont été arrêtées le 8 février pour « tentative d’homosexualité » alors qu’elles ne faisaient que s’asseoir dans un restaurant dans ce que la police locale considérait comme des vêtements féminins. Ils ont également été accusés d’outrage public à la pudeur et de ne pas avoir porté leur carte d’identité nationale.

Des militants avaient qualifié de « condamnation à mort » la peine de cinq ans infligée aux deux « femmes » et demandé leur libération. Les deux femmes avaient également été condamnées à une amende de 200 000 francs CFA chacune.

Reuters rapporte que l’avocate des deux femmes, Alice Nkom, une militante des droits LGBTQ au Cameroun, affirme que les femmes devraient être libérées vendredi avant de comparaître lors d’une audience en appel en septembre.

« Elles vont quitter cet enfer carcéral où elles n’ont pas leur place et où elles risquaient chaque jour une violence extrême. »

Maitre Nkom

Le Cameroun est l’un des 69 pays du monde qui criminalisent l’homosexualité. Le code pénal du pays a été mis à jour en 2016 pour indiquer que toute personne ayant des « relations sexuelles avec une personne du même sexe » peut être emprisonnée pour une durée comprise entre six mois et cinq ans.

Neela Ghoshal, directrice associée du programme des droits des lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres au sein du groupe de défense des droits de l’homme Human Rights Watch, a célébré la nouvelle sur Twitter comme « une petite lueur de justice ». Ghoshal a demandé à plusieurs reprises que les accusations soient abandonnées.

Elle a déclaré à Attitude que les prisons « sont horribles… Leur expérience sera horrible et inimaginable. C’est essentiellement une condamnation à mort… « 

En avril, Human Rights Watch a signalé qu’au moins 24 personnes LGBTQ avaient été arrêtées, menacées et agressées au Cameroun depuis février.

Ben Hunte, ancien correspondant LGBT de la BBC, a décrit les abus commis au Cameroun comme étant « constamment parmi les histoires les plus horribles que j’ai entendues. »

Related posts

Cameroun : Des milliers de personnes contraintes de se déplacer en raison du changement climatique

Franklin NIMPA

Affaire Malicka : Mauvaise nouvelle pour Martin Camus Mimb

marie Lisette Zogo

Ambazonie : Ishaku demande aux militaires de surveiller la frontière avec le Cameroun

Franklin NIMPA

Insécurité : 5 présumés malfaiteurs sous les verrous dans la ville de Nkongsamba

marie Lisette Zogo

RDC : Execution de 13 personnes par l’ADF

marie Lisette Zogo

Leave a Comment