fbpx
Kapt Media
Society

Cameroun : Des séparatistes camouflés en militaires commettent des meurtres et des pillages

Selon les autorités camerounaises, les rebelles anglophones adoptent une nouvelle tactique dans leur lutte pour se détacher de la majorité francophone du pays. Selon eux, les séparatistes ont commencé à se déguiser en militaires pour infiltrer des villages et lancer des attaques.

Dans une vidéo largement diffusée sur les réseaux sociaux, notamment sur Facebook et WhatsApp, un groupe de dix hommes armés de fusils d’assaut AK-94 affirment être des combattants séparatistes. Les hommes, en vêtements civils, semblent brandir des uniformes militaires camerounais, des fusils, des munitions et des gilets pare-balles qu’ils disent avoir saisis auprès de militaires camerounais. Les hommes exhibent la tête d’un homme, affirmant qu’il s’agit de celle d’un soldat du gouvernement qu’ils ont tué et décapité.

L’armée camerounaise affirme que la tête exhibée par les combattants comme un trophée est celle d’un de ses soldats déployés à Babadjou, une ville commerciale francophone à la frontière avec la région anglophone du Nord-Ouest.

Awah Fonka, gouverneur de la région de l’Ouest du Cameroun, où se trouve Babadjou, a déclaré que plus de 20 séparatistes anglophones de Pinyin, une ville de la région du Nord-Ouest, ont infiltré la région francophone de l’Ouest mercredi. Il a ajouté que les combattants ont attaqué les troupes gouvernementales et pillé les magasins de Babadjou.

Il a ajouté que deux soldats gouvernementaux ont été tués par des combattants déguisés en uniformes militaires camerounais pour tromper les troupes gouvernementales.

Monsieur Fonka s’est rendu à Babadjou mercredi. Il a encouragé les civils qui ont fui dans la brousse à rentrer chez eux.

Selon M. Fonka, davantage de troupes gouvernementales ont été déployées à Babadjou et dans les villages voisins pour trouver les combattants qui se cachent dans la brousse ou parmi les civils.

Dans un communiqué, l’armée camerounaise a mis en garde les séparatistes et les civils contre le port d’uniformes militaires.

Les séparatistes affirment sur les réseaux sociaux être en possession de plusieurs centaines d’uniformes militaires camerounais retirés des corps des troupes gouvernementales qu’ils ont tuées. Les combattants affirment que certains de ces uniformes ont été saisis dans des camps militaires qu’ils ont attaqués dans les régions anglophones de l’Ouest.

L’armée reconnaît que les combattants ont saisi des uniformes et des armes militaires sur les troupes gouvernementales, mais affirme que le nombre d’armes et d’uniformes saisis est faible.

Peter Ngumulah, un enseignant de 38 ans, vit à Babadjou depuis deux ans et dit avoir fui les combats entre les troupes gouvernementales et les séparatistes dans la ville de Bambili, dans la région du Nord-Ouest. Ngumulah dit que le gouvernement devrait augmenter le nombre de ses troupes à Babadjou.

 » De grâce, comment deux soldats seulement peuvent-ils se trouver à la frontière [poste entre les régions de l’Ouest et du Nord-Ouest], compte tenu des armes sophistiquées que possèdent désormais les combattants séparatistes ? « , a-t-il déclaré. « Tout devient incontrôlable, et je prie la communauté internationale d’intervenir et de forcer les deux parties à s’asseoir à une table ronde pour un dialogue inconditionnel. »

M. Fonka a fait savoir que cinq soldats se trouvaient au poste de contrôle militaire de Babadjou lorsque les combattants ont attaqué. Trois soldats se sont échappés, l’un d’entre eux ayant été blessé par les tirs. L’armée a déclaré qu’il répondait à un traitement dans un hôpital.

Ce n’est pas la première fois que des séparatistes anglophones s’infiltrent dans la région francophone. Les combattants ont attaqué le village francophone de Galim à trois reprises cette année et ont tué au moins sept soldats du gouvernement. Les militaires ont déclaré que les rebelles avaient volé des armes et ont déployé des forces supplémentaires pour tuer ou arrêter les combattants.

Les séparatistes camerounais se battent depuis 2017 pour créer un État anglophone indépendant dans les régions occidentales du pays majoritairement francophone.

À ce jour, le conflit a coûté la vie à plus de 3 000 personnes et a forcé 550 000 personnes à fuir vers les régions francophones du Cameroun ou vers le Nigeria voisin, selon les Nations unies.

Related posts

Urgent : General voyage impliqué dans un accident à la falaise de Dschang

marie Lisette Zogo

Eau minérale : L’embouteilleur Sano autorisé à reprendre du service

marie Lisette Zogo

Niger: Incendie mortel dans une école

Armense Nya

CAMEROUN : Problème de cartes nationale et de double identité, le DGSN S’exprime

kaptmedia

NECROLOGIE: Arrivée de la dépouille de feu Christian Penda Ekoka au Cameroun

Armense Nya

Cameroun : Un trafiquant d’espèces fauniques condamné à plus d’un an de prison à Bertoua

Franklin NIMPA

Leave a Comment