fbpx
Kapt Media
Society

Cameroun: Débat autours de la pénalisation de l’homosexualité revenu à l’ordre du jour

Njeukam Loïc alias Shakiro et Mouthe Roland alias Patricia deux transgenres camerounais interpellés le 5 février ont été condamnés à cinq ans de prison ferme pour « tentative d’homosexualité » et ils devront verser une amende de 200 000 frs. Mais cette condamnation a entraîné l’indignation de plusieurs organisations de défense des droits de l’homme et des milieux conservateurs.

D’après Human Rights Watch, « Les forces de sécurité camerounaises ont arbitrairement arrêté, battu ou menacé au moins 24 personnes (…) pour des prétendus rapports sexuels consensuels entre personnes de même sexe ou pour non-conformité de genre » . Pour les autorités judiciaires, cette pratique est considérée comme illégale dans le pays conformément à l’article 347-1 du code pénal camerounais. Depuis cette sentence, l’opinion camerounaise est divisée, car d’un côté, les milieux conservateurs saluent grandement cette décision et de l’autre, les défenseurs des droits des LGBTQ ont lancé une offensive et selon l’opposant camerounais Cabral Libii, « Les adeptes de la dépénalisation invoquent la déclaration universelle des droits de l’homme et le pacte international sur les droits civique et politique. Or, il n’existe aucune disposition formelle dans ces textes qui consacre ou dépénalise l’homosexualité ».

Related posts

Yaoundé- Hygiène et Salubrité : Après la sensibilisation, place à la répression

marie Lisette Zogo

États-Unis: un élève de 15 ans ouvre le feu sur ses camarades

Armense Nya

Cameroun : Le Nigeria négocie le retour des ex-militants de Boko Haram

Franklin NIMPA

CAN 2021: En colère, les autochthones menacent de jeter un sort au Stade Olembé

Armense Nya

NoSo : Le ministère de la Défense annonce la libération d’otages et la neutralisation de terroristes

Franklin NIMPA

Urgent : Incendie au Tribunal de première instance de Foumbot

marie Lisette Zogo

Leave a Comment