fbpx
Kapt Media
Society

Cameroun : Arrestation d’un homme en possession de 331 kg d’écailles de pangolin à Yaoundé

À en croire des sources proches du dossier, l’homme est lié à plusieurs réseaux de trafic de pangolins dans le pays et au-delà, notamment au Nigeria où il avait régulièrement expédié des écailles de pangolins.

Ce spécialiste du trafic d’animaux sauvages a été appréhendé dans le quartier de la Briqueterie, dans la capitale camerounaise, lors d’un raid conjoint des agents de la Délégation régionale des forêts et de la faune et de la brigade de gendarmerie de Nlongkak, avec l’assistance technique de LAGA, une organisation non gouvernementale spécialisée dans la lutte contre le trafic d’animaux sauvages. Celui-ci était en possession de 331 kg d’écailles de pangolins représentant 1 600 pangolins abattus.

La perquisition par les agents des forces de l’ordre a permis de saisir les sacs d’écailles de pangolin dans trois magasins différents où ils étaient entreposés. Dans les piles de sacs dissimulées dans les magasins, 331 kg d’écailles de pangolin et 3 peaux de panthère ont été découvertes. Il a été rapidement extrait du quartier de la Briqueterie et conduit à la brigade de gendarmerie de Nlongkak, également à Yaoundé, alors qu’une foule assistait à son arrestation.

Il utilisait son commerce (un magasin de cosmétiques et de chaussures) comme couverture pour la vente illégale d’écailles de pangolin et de peaux de panthère. Ses magasins servaient d’entrepôts pour les écailles de pangolin et les peaux de panthère, où étaient stockées d’énormes quantités de produits sauvages illégaux, qu’il achetait à d’autres trafiquants.

Pour l’adjudant-chef Mboutou Claude, commandant de la brigade de gendarmerie de Nlongkak, « grâce au réseau de renseignement en collaboration avec nos amis du département des forêts et même des ONG, nous avons pu attraper le principal suspect ». Il a également déclaré que la Brigade continuera à enquêter sur cette affaire. Des sources proches de l’affaire indiquent que l’homme est lié à plusieurs réseaux de trafic de pangolins dans le pays et au-delà, notamment au Nigeria où il expédiait régulièrement des écailles de pangolins. Il était sur le point d’expédier les écailles de pangolin au Nigeria avant que les forces de l’ordre n’interviennent pour l’arrêter dans sa sale besogne. Il est soupçonné de mener cette activité illégale avec d’autres membres de sa famille, notamment sa mère, une femme d’origine nigériane et un frère qui vit au Nigeria.

Par ailleurs, les sources ont indiqué que les écailles de pangolin saisies provenaient du Cameroun, du Congo et du Gabon et transitaient par Kye-Ossi (frontière entre le Cameroun et la Guinée équatoriale), qui est la principale ville de transit des produits fauniques illégaux. Le commerce illégal d’écailles de pangolin a augmenté récemment, à la suite d’une année difficile pour les trafiquants, qui ont eu beaucoup de mal à déplacer les produits fauniques illégaux. La restriction de la mobilité due à la pandémie de Covid-19 a créé des problèmes pour tout le monde, y compris les trafiquants, mais ils ont depuis appris à vivre avec ces difficultés. Ils semblent se réjouir du moment et ont repris avec plaisir le commerce illégal d’écailles de pangolin.

Harouna Nyandji, sous-préfet de Yaoundé I, a déclaré peu après l’arrestation que « ces espèces ne sont pas protégées pour le plaisir, elles sont protégées dans leur intégralité parce que la vie de ces animaux influence positivement la vie de nous, les humains. » Il est important de noter que les pangolins sont entièrement protégés au Cameroun et que la loi sur la faune adoptée en 1994 interdit toute forme de détention de cet animal.

Related posts

Cameroun : Le Minader inaugure une nouvelle usine de transformation du café dans le Nord-ouest

marie Lisette Zogo

Cameroun : Une femme reçoit un réfrigérateur, des produits alimentaires et de l’argent pour démarrer une entreprise après avoir été surprise et humiliée par une foule en colère pour avoir volé des épices

Franklin NIMPA

Cameroun : Des séparatistes attaquent un village nigérian, tuent le chef et 10 autres civiles

Franklin NIMPA

Burundi : 38 morts dans un incendie en prison

Armense Nya

Les Ambazoniens démentent les allégations d’alliance avec le mouvement des indigènes du Biafra (IPOB)

Franklin NIMPA

LA ROUTE MAROUA – MORA (62 KMS) : CA ROULE SUR DU BITUME NEUF

Franklin NIMPA

Leave a Comment