fbpx
Kapt Media
Politics

Cameroun : Appel au fils du président pour succéder à son père

Depuis près de quarante ans, le président camerounais Paul Biya est au pouvoir. Il est le plus ancien et le deuxième plus ancien dirigeant d’Afrique.

Les opposants au long règne de M. Biya le soupçonnent de vouloir créer une dynastie familiale après que des groupes nouvellement créés ce mois-ci aient commencé à appeler à la succession de son fils, Franck.

Parmi les quatre groupes qui demandent à Franck Biya de remplacer son père, le plus connu est le Mouvement citoyen de soutien à Franck Biya pour la paix et l’unité du Cameroun.

Alain Fidele Owona, qui assure la coordination de ce mouvement, explique qu’il a été créé à la demande de jeunes Camerounais qui souhaitaient qu’un jeune homme prenne la relève du président âgé de 88 ans. Il dit que son mouvement soutient Franck Biya en raison de son sens élevé du patriotisme et de son amour pour la nation.

Pour lui, Franck Biya est un jeune homme très sérieux et discret qui travaille très étroitement avec son père Paul Biya pour le développement du Cameroun. Très poli, Franck Biya ne gaspille pas les ressources de l’Etat et a une formation de politologue, ce qui le rend hautement qualifié pour succéder à son père. Il dit qu’il ne pense pas que Franck Biya sera capable de refuser les appels incessants du peuple camerounais à devenir président.

Chaque week-end, Owona conduit des groupes de jeunes dans les villes et villages du Cameroun. Il estime que les civils doivent être informés que le Cameroun ne connaîtra une transition pacifique qu’en se ralliant à Franck Biya si Paul Biya quitte le pouvoir.

Owona a déclaré que son mouvement et d’autres qui appellent Franck à devenir président ne sont pas influencés par le président Biya ni par ses proches collaborateurs.

Fidelis Njomo, professeur d’école secondaire dans la ville de Douala, ne le croit pas et dit s’opposer à la tentative d’établir une dynastie familiale.

« Le Cameroun n’est pas une monarchie. Le Cameroun est un État de droit, et si Paul Biya, âgé de 88 ans, venait à mourir, la constitution prévoit que le président du Sénat, et non Franck Biya, prenne le pouvoir. Paul Biya et ses partisans devraient cesser cette manipulation qui vise à maintenir leur emprise sur le pouvoir », a déclaré M. Njomo.

Franck Biya, âgé de 49 ans, est actuellement l’un des conseillers de son père mais n’a pas exprimé publiquement son intérêt pour la présidence.

Prudencia Ngeh, analyste politique et professeur honoraire à Ndi Samba, une université privée du Cameroun, affirme que la tendance dans les États d’Afrique centrale est que les fils des dirigeants en place depuis longtemps succèdent à leurs pères.

« C’est comme si les dirigeants d’Afrique centrale voulaient rester au pouvoir jusqu’à leur mort, et avant de mourir, ils préparent leurs enfants à prendre la relève. Au Gabon, Omar Bongo a passé la main à son fils Ali Bongo. Au Tchad, Idriss Deby est mort et son fils Mahamat Deby veut lui succéder », a déclaré Ngeh.

Ngeh

Paul Biya, qui est le président du Cameroun depuis 1982, est rarement vu en public ces jours-ci. Mme Ngeh a déclaré qu’elle ne serait pas surprise si le président octogénaire proclamait un jour Franck Biya comme son successeur.

Related posts

Guinée : « Nous ne nous laisserons pas intimider par ce syndicat de chefs d’Etats » déclare le CNRD

marie Lisette Zogo

RCA : une quinzaine de civiles massacrés

Armense Nya

Cameroun: le MRC déplore les traitements inhumains

Armense Nya

Soudan : Un accord militaire pour réintégrer Hamdok au poste de Premier ministre

Franklin NIMPA

Emmanuel Macron: « Sans la France au Sahel il n’y aurait plus de gouvernement au Mali »

Armense Nya

République Syrienne : Bachar Al-Assad est proclamé vainqueur de l’élection présidentielle avec 95,1% des voix.

Franklin NIMPA

Leave a Comment