fbpx
Kapt Media
Africa Society

Bientôt le chemin de fer Bangui-Kribi : La Centrafrique renait

Depuis son adoption en janvier 2008 par les chefs d’états de la CEMAC pour désenclaver la sous-région, le projet de construction de quatre chemins de fer reliant la République Centrafricaine au Tchad, Congo, Cameroun et le Soudan se met progressivement en marche rentre dans une nouvelle phase de son développement. Mis de côté pour son coût élevé, environ 3 milliards de dollars, le gouvernement centrafricain accélère les négociations avec les banques russes depuis la rencontre d’avril lors de la visite de travail à Moscou de Pascal Bida Koyagbélé, ministre coordinateur des Grands travaux et Investissements stratégiques de la RCA, en compagnie d’une délégation d’opérateurs économiques centrafricains.

« Nous avons plusieurs entreprises de construction russes qui s’intéressent à investir en Centrafrique parce qu’on est un pays en reconstruction. Il y a donc d’énormes marchés et d’énormes opportunités d’affaires. Des projets qui intéressent particulièrement les sociétés russes et la technologie russe est très appropriée pour ce type de chantiers », a déclaré Pascal Bida Koyagbélé au micro de Sputnik.

Au total des investissements pour 11 milliards de dollars :« Nous avons des projets routiers d’une valeur d’environ six milliards de dollars, un projet ferroviaire d’une valeur de trois milliards de dollars, et nous devons également construire une nouvelle ville, qui coûtera deux milliards de dollars », avait-il déclaré.

Le désenclavement de la RCA, une priorité du gouvernemen:

Fortement enclave, le pays le plus vaste de la CEMAC entend interconnecter le pays par des voies de communications routières, un projet de construction de 1000 kilomètres de routes est en cours. Ainsi donc les cibles principales sont les villes centrafricaines de Kaga Bandoro, Mbrès et Ndélé à Birao. Pour doter tout le pays d’un véritable réseau routier, le pays mise sur un investissement de six milliards de dollars en discussion avec les parties russes.

La ville nouvelle

La RCA envisage de construire une ville nouvelle siège des institutions qui abritera des centres des affaires, logements sociaux et services administratifs, plusieurs sources évoquent la région de Berberati. Deux milliards de dollars d’investissement pour ce projet. Au-delà de la Russie, plusieurs autres pays lorgnent la RCA, notamment la Norvège, l’Allemagne, l’Angleterre et sont prêts à financer les grands travaux.

La Russie s’est investie pour un retour de la paix en RCA. Malgré les critiques de la France, Moscou est resté déterminé à pacifier ce pays, ce qui justifie son choix prioritaire par les autorités centrafricaines pour la reconstruction du pays.

Related posts

Génocide en Namibie : Une compensation jugé minimaliste

marie Lisette Zogo

Cameroun : Appel au tribunal d’un agent de la mairie de Kribi pour trafic de mandrills

Franklin NIMPA

Cameroun : la compagnie énergétique Eneo encourage l’installation d’usines produisant du matériel électrique local

Franklin NIMPA

Le nouveau barrage hydro-électrique de Kinguélé sera construit par SINOHYDRO

marie Lisette Zogo

Libye : 198 migrants clandestins secourus au large des côtes

Franklin NIMPA

NOSO : Le Cameroun nie avoir demandé de l’aide pour résoudre la crise séparatiste anglophone

Franklin NIMPA

Leave a Comment