fbpx
Kapt Media
Economy

BERTOUA : 14 MILLIARDS POUR AMÉNAGER DEUX ZONES INDUSTRIELLES

D’une superficie totale de plus de  224 ha, ces deux espaces  sont l’œuvre de la Mission d’aménagement et de gestion des zones industrielles (MAGZI). Les investisseurs industriels sont attendus dans la région de l’Est.

Ces deux zones industrielles sont précisément situées l’une au quartier Koumé-Bonis( 104ha 60a 44ca)  et l’autre de Mandjou-Kano( 120ha). Pour un début, la MAGZI a déjà pu ouvrir les routes et l’on annonce l’imminence de l’installation du réseau électrique et de la fibre optique et autres commodités  à Koumé-Bonis. Un investissement estimé à près de 14 milliards de FCFA. Il est désormais question de susciter l’intérêt des potentiels investisseurs économiques et industriels à la faveur de l’exploitation des deux nouvelles zones aménagées dans la ville de Bertoua. L’on apprend que les prix pratiqués ici sont très ouverts et sont à la portée de tous. L’on parle de 400 francs CFA le m² dans la ville de Bertoua. Les paiements sont annuels et non mensuels. En 48h voir 72h, les entreprises  peuvent bénéficier des espaces fonciers viables en respectant les normes . «Il est question de promouvoir le développement harmonieux de toutes les régions du pays grâce à une politique concertée des installations industrielles ; la favorisation la création d’emplois ; les facilités d’installation des promoteurs industriels  en supprimant les incertitudes; l’aide à la gestion de l’espace urbain et la protection de l’environnement…», a laissé entendre le Directeur général de la MAGZI. Christol Georges MANON croit dur comme fer que Bertoua est une ville de l’avenir. « Chaque fois que je viens à l’Est, j’apprécie la vitalité palpable de cette partie du pays.Les atouts de la région de l’Est fixés sur les ressources naturelles dont elle regorge permettent de dire que  Bertoua  est une ville d’avenir et c’est ici que repose le cœur du pays en terme d’industrialisation.  Je pense que nous sommes sur la bonne voie pour booster la politique de développement harmonieux prescrite par le Chef de l’État», a-t-il justifié. L’occasion pour Christol Georges MANON d’installer officiellement à ses fonctions, le chef d’agence régional de l’institution dont il a la charge.

Avant de quitter la région de l’Est, le maire de la ville de Bertoua a rassuré le patron de la MAGZI sur l’accompagnement du mouvement municipal. «Bertoua sera désormais le pôle par excellence de l’industrialisation. Ce qui va créer des emplois et des richesses pour le décollage du développement local. Le barrage hydroélectrique de Lom Pangar, la création de la SONAMINE et la connexion de la  région de l’Est au réseau interconnecté Sud à partir d’Ahala sont des atouts qui peuvent attiser les investisseurs industriels à Bertoua et ses localités environnantes. À cet effet, le mouvement municipal promet d’ouvrir largement ses portes aux services de la MAGZI pour l’atteinte de ses objectifs…», s’est réjoui Jean Marie DIMBELE.

Opportunités

La transformation locale du bois pourrait davantage créer les emplois directs et indirects. La réforme du secteur forêt et bois au Cameroun dans les années 1990, avait pour objectif de développer un secteur industriel performant entre autres. Selon l’avis de plusieurs observateurs, les nouvelles réformes du secteur bois sont-elles très intéressantes. Avec l’entrée en vigueur de la nouvelle loi de la commission des forêts de l’Afrique centrale (Comifac) interdisant l’exploitation totale du bois en grumes en provenance de l’Afrique centrale, le souci de la répartition des richesses et des profits issus de l’exploitation des ressources naturelles et le nœud gordien de cette réforme.  D’après nos informations, la création des unités de transformation de bois aura à coup sûr une incidence favorable sur les recettes budgétaire des pays exportateurs de bois  en termes de PIB. Les experts  estiment à 55mille emplois directs si la transformation du bois en grumes est faite localement. La région de l’Est, inéluctablement pourra en profiter. La MAGZI saisit donc cette opportunité en aménageant les deux zones industrielles de Koumé-Bonis et de Mandjou-Kano pour un total de 224ha. Les deux sites sont encore vierges et n’attendent que preneurs. Où sont les investisseurs industriels ?

Related posts

Économie : Le FMI octroie un crédit de 570 millions de dollars au Tchad

Franklin NIMPA

La Banque africaine de développement radie Sino-Kenya Engineering Group Company Limited et M. Yuehua Bai pour 36 mois pour pratiques frauduleuses

Franklin NIMPA

Fonction publique : Une hausse de la masse salariale en 2022 prévu au Cameroun

marie Lisette Zogo

Cryptomonnaie : Le Salvador fait du bitcoin sa monnaie légale

marie Lisette Zogo

Zoom : Le port et l’autoroute construits par la Chine au Cameroun stimulent l’économie et le commerce régional

Franklin NIMPA

Leave a Comment