fbpx
Kapt Media
Africa

Angelina Jolie en visite au Burkina Faso en tant qu’envoyée spéciale des Nations Unies

Dans le cadre de sa mission, l’actrice américaine Angelina Jolie s’est rendue au Burkina Faso, affaibli par la guerre, pour témoigner de sa solidarité avec les personnes qui continuent d’accueillir les déplacés, bien qu’elles soient aux prises avec leur propre insécurité.

Alors que le Burkina Faso lutte depuis cinq ans contre une insurrection islamique liée à Al-Qaïda et à l’État islamique qui a fait des milliers de morts et déplacé plus d’un million de personnes, il accueille également plus de 22 000 réfugiés, en majorité maliens.

« La vérité est que nous ne faisons pas la moitié de ce que nous pourrions et devrions … pour permettre aux réfugiés de rentrer chez eux, ou pour soutenir les pays d’accueil, comme le Burkina Faso, qui se débrouillent depuis des années avec une fraction de l’aide humanitaire nécessaire pour fournir un soutien et une protection de base « .

Angelina Jolie

En tant qu’envoyée spéciale du Haut Comissariat des Nations Unies pour les réfugiés, Angelina Jolie a marqué la Journée mondiale des réfugiés dimanche dans le camp de réfugiés de Goudoubo au Burkina Faso, dans le Sahel, où elle a terminé une visite de deux jours. Elle a parlé avec les réfugiés maliens du camp et les personnes déplacées à l’intérieur du pays dans les régions du Centre-Nord et du Sahel, durement touchées par le conflit.

En 2012, les Maliens ont commencé à fuir vers le Burkina Faso après que leurs vies aient été bouleversées par une insurrection islamique. Il a fallu une intervention militaire menée par la France pour reprendre le pouvoir dans plusieurs grandes villes. Les combats se sont depuis étendus de l’autre côté de la frontière, au Burkina Faso, créant la crise de déplacement qui connaît la croissance la plus rapide au monde. Le mois dernier, le Burkina Faso a connu son attaque la plus meurtrière depuis des années, lorsque des hommes armés ont tué au moins 132 civils dans le village de Solhan, dans la province sahélienne de Yagha, provoquant le déplacement de milliers de personnes.

En raison de la multiplication des attaques, les Nations unies ont du mal à répondre aux besoins des personnes déplacées dans le pays et des réfugiés qu’il accueille. « Les niveaux de financement pour la réponse sont très bas et avec un nombre croissant de personnes forcées de fuir… le fossé se creuse », a déclaré Abdouraouf Gnon-Konde, représentant du HCR au Burkina Faso.

Par ailleurs, les attaques exacerbent les problèmes des réfugiés qui sont venus dans le pays en quête de sécurité.

« Nous avons insisté pour rester (au Burkina Faso), (mais) nous restons avec la peur. Nous avons trop peur », a déclaré Fadimata Mohamed Ali Wallet, un réfugié malien vivant dans le camp. « Aujourd’hui, il n’y a pas un pays où il n’y a pas de problème. Ce problème (de terrorisme) couvre toute l’Afrique ».

Angelina Jolie

Related posts

Mali : Deux casques bleus tués dans une explosion

Franklin NIMPA

Cameroun : Abdelkerim Idriss, envoyé spécial du Tchad, reçu par Paul Biya

Franklin NIMPA

Appel au soutien des États d’Afrique centrale par le Conseil militaire tchadien

Franklin NIMPA

La bourse de la CEMAC n’attire plus

marie Lisette Zogo

Côte d’Ivoire : La pluie, solution aux problèmes de coupure de courant

marie Lisette Zogo

Mondial 2022 : La RDC 5e pays qualifié pour les barrages

marie Lisette Zogo

Leave a Comment