fbpx
Kapt Media
Africa

Afrique : Libération de femmes et d’enfants enlevés au Burkina Faso

Les forces de sécurité ont sauvé 66 femmes et enfants qui avaient été enlevés par des combattants armés dans le nord du Burkina Faso la semaine dernière.

Des hommes armés se sont emparés des femmes et de leurs enfants les 12 et 13 janvier à l’extérieur de deux villages du district d’Arbinda, dans la province du Soum, dans la région du Sahel.

Les forces de sécurité ont mené une opération de sauvetage et libéré 27 femmes et 39 bébés, enfants et jeunes filles dans la région adjacente du Centre-Nord, a déclaré vendredi la Radiodiffusion télévision du Burkina (RTP).

« Ils ont retrouvé la liberté après huit longs jours entre les mains de leurs ravisseurs », a déclaré un présentateur de la RTP.

Dans son principal bulletin d’information du soir, la RTB, évoquant l' »opération » de l’armée, a montré des images des femmes libérées et amenées dans la capitale, Ouagadougou.

Plusieurs responsables du gouvernement et de la sécurité ont confirmé la nouvelle, ont rapporté les agences de presse Reuters et AFP.

L’enlèvement a suscité l’inquiétude des Nations unies, tandis que le gouvernement militaire du pays a mis en garde contre une recrudescence des attaques contre les civils.

Le Burkina Faso est l’un des nombreux pays d’Afrique de l’Ouest aux prises avec un soulèvement armé endémique ayant des liens avec Al-Qaïda et ISIL (ISIS).

Les rebelles armés ont occupé des territoires dans le nord aride et principalement rural du pays, exécutant des centaines de villageois et déplaçant des milliers d’autres dans le processus.

Ils ont également bloqué certaines zones au cours des derniers mois et rendu de plus en plus dangereux l’acheminement de fournitures aux citoyens pris au piège.

Confrontés à de graves pénuries alimentaires, de nombreux villageois ont dû se résoudre à cueillir des fruits, des feuilles et des graines sauvages pour nourrir leur famille. Ils disent que s’aventurer dans la brousse les rend vulnérables aux attaques.

Jeudi, deux attaques présumées dans le nord et le nord-ouest du pays ont tué au moins 18 personnes, dont 16 miliciens soutenant l’armée.

Le capitaine Ibrahim Traoré, chef du gouvernement militaire qui a pris le pouvoir en septembre dernier, a déclaré en décembre que son objectif était de reprendre le territoire occupé par les « hordes de terroristes ».

La semaine dernière, il a déclaré que les rebelles armés changeaient de tactique pour « se concentrer sur les civils ».

Related posts

Gabon : 5 gendarmes relaxés dans l’affaire du coup d’état de 2019 réclament leurs salaires au Président

Armense Nya

Soudan : Trois manifestants tués à Khartoum – capitale soudanaise

Franklin NIMPA

Tchad : Des enseignants chercheurs décident de suspendre les activités académiques

Franklin NIMPA

Le Cameroun adresse ses félicitations au Nigéria et demande le soutien de Buhari pour la lutte contre les Ambazoniens

Franklin NIMPA

Afrique : Augmentation de plus de 40 % des décès liés au COVID-19 en une semaine

Franklin NIMPA

Bénin : Le chef de l’opposition béninoise condamné à 20 ans de prison

Franklin NIMPA

Leave a Comment