fbpx
Kapt Media
Africa

Afrique : Les nouvelles menaces terroristes liées au djihadisme justifient un changement de tactique militaire

Selon les troupes camerounaises, nigérianes et tchadiennes qui luttent contre le terrorisme dans le bassin du lac Tchad, les attaques contre les positions militaires se sont multipliées depuis que le chef de Boko Haram, Aboubakar Shekau qui a été déclaré mort en mai.

Les autorités militaires des trois pays affirment que le groupe État islamique dans la province d’Afrique de l’Ouest, ou ISWAP, change complètement de tactique terroriste pour gagner la sympathie des civils du bassin du lac Tchad. Ils affirment que l’ISWAP est en train de devenir le groupe terroriste qui prend le relais de Boko Haram, affaibli par la mort de son chef Shekau.

Au Cameroun, le général de division Saly Mohamadou est le commandant des troupes qui luttent contre le terrorisme dans le bassin du lac Tchad. Il affirme que, contrairement à Boko Haram, qui attaquait les civils pour s’approvisionner et tuait à la fois les militaires et les personnes qui s’opposaient au groupe terroriste lorsqu’il était très actif, l’ISWAP n’attaque que les positions militaires pour obtenir le soutien des civils. Il affirme que l’ISWAP se bat pour contrôler les zones frontalières entre le Cameroun, le Tchad et le Nigeria.

Le général Mohamadou a déclaré que les hauts responsables militaires de la MNJTF (Force d’intervention conjointe multinationale) se sont réunis à Maroua, au Cameroun, cette semaine pour formuler une stratégie face à la nouvelle menace terroriste.

La force opérationnelle, dont le quartier général se trouve dans la capitale tchadienne de N’djamena, est composée de plus de 10 000 soldats du Niger, du Cameroun, du Tchad et du Nigeria.

La MNJTF affirme que les militants ont mené de nombreuses attaques contre ses positions militaires depuis le mois de mai, faisant de nombreuses victimes, mais ne donne pas plus de détails.

Les autorités accusent l’ISWAP d’infiltrer les zones situées le long de la frontière entre le Cameroun, le Nigeria et le Tchad. Selon les autorités camerounaises, l’ISWAP promet des emplois et de meilleures conditions de vie pour convaincre les jeunes vulnérables et sans emploi de rejoindre le groupe terroriste.

Pour Midjiyawa Bakari, gouverneur de la région de l’Extrême-Nord du Cameroun, à la frontière avec le Nigeria et le Tchad, le Cameroun mène des actions visant à empêcher ses civils de compatir avec les terroristes. Il dit qu’en plus de combattre les terroristes, les troupes camerounaises ont enseigné aux enfants dans les écoles abandonnées par les enseignants à cause du terrorisme. Il indique que les équipes médicales militaires traitent les civils blessés et malades qui se trouvent dans des villages difficiles d’accès à la frontière nord du Cameroun avec le Nigeria. Bakari affirme que l’armée distribue de la nourriture et de l’eau aux civils dans les anciens bastions de Boko Haram.

Le gouverneur a également déclaré que pour empêcher l’ISWAP de recruter des jeunes vulnérables, le Cameroun a ordonné la création de milices dans tous les villages du nord.

L’ISWAP n’a fait aucune déclaration officielle sur son expansion dans le bassin du lac Tchad.

En août, cependant, l’Institut international d’études stratégiques a déclaré que les États africains devaient agir rapidement pour arrêter la restructuration de l’ISWAP. Selon cet institut, si les pays n’agissent pas, les projets d’expansion de l’État islamique dans la région mettront davantage en danger des millions d’Africains.

Related posts

Nigeria : Enlèvement de lycéens dans le nord-ouest du pays par des hommes armés

marie Lisette Zogo

Burkina Faso : Le chef de l’État prend le poste de ministre de la Défense au moment où les djihadistes menacent la sécurité du pays

Franklin NIMPA

Ligue des Champions de la CAF : Al Ahly rejoint le Kaizer en finale

marie Lisette Zogo

Appel à l’aide de l’ONU : plus de 70 000 réfugiés camerounais au Nigeria

Franklin NIMPA

Économie : Le FMI octroie un crédit de 570 millions de dollars au Tchad

Franklin NIMPA

Congo-Kinshasa : La République démocratique du Congo a déclaré une épidémie d’Ebola à Mbandaka

Franklin NIMPA

Leave a Comment