fbpx
Kapt Media
Africa Politics

Afrique : Des milliers de Tunisiens se mobilisent contre le président à l’occasion de l’anniversaire de la révolution

Des manifestants ont franchi des barrages de police pour protester contre la prise de pouvoir quasi-totale du président tunisien Kais Saied dans le centre de Tunis, samedi, jour anniversaire d’une date clé de la révolution de 2011 qui a instauré la démocratie.

L’opposition reste divisée dans sa quête pour chasser Saied du pouvoir et les manifestations de samedi sont réparties entre plusieurs groupes différents qui, selon la police, devraient manifester dans des zones distinctes et spécifiques.

Cependant, les manifestants ont déclaré qu’ils avaient l’intention de défier les instructions de la police et de marcher vers l’avenue centrale Habib Bourguiba, le lieu traditionnel des rassemblements, et ils ont franchi les barricades, a déclaré un journaliste de Reuters sur place.

« Nous étions sur Bourguiba en janvier 2011 quand Saied n’était pas présent… aujourd’hui il nous ferme Bourguiba. Nous l’atteindrons quel qu’en soit le prix », a déclaré Chaima Issa, un militant qui a participé à la révolution de 2011.

Chaima Issa

Des centaines de manifestants étaient présents dans un seul des lieux où Reuters était présent. Une importante présence policière était visible devant le bâtiment du ministère de l’Intérieur sur l’avenue Habib Bouguiba, ainsi que des canons à eau.

Saied a fermé le parlement élu en 2021 et a commencé à remodeler le système politique, mais le faible taux de participation à l’élection de décembre d’une nouvelle législature, pour la plupart sans pouvoir, a révélé le peu d’appétit du public pour ses changements.

Les principales forces politiques, dont la plupart des partis et le syndicat, s’opposent désormais au projet de Saied, nombre d’entre elles le qualifiant de coup d’État antidémocratique.

Cependant, elles n’ont pas réussi à réparer les profondes fissures idéologiques et personnelles qui les ont divisées pendant des années au lieu de former un front uni.

De nombreux partis rejettent toujours un rôle pour le plus grand parti, l’islamiste Ennahda. Le puissant syndicat UGTT recherche un dialogue national, mais n’invitera aucun parti qui accuse Saied de coup d’État.

Les manifestations ont lieu 12 ans jour pour jour après l’éviction de l’ancien autocrate, Zine al-Abidine Ben Ali, et le 14 janvier est considéré par la plupart des partis tunisiens et des groupes de la société civile comme l’anniversaire de la révolution.

Cependant, M. Saied a unilatéralement changé la date anniversaire officielle et a déclaré qu’il considérait le 14 janvier comme un moment où la révolution s’est égarée.

Si les opposants à Saied n’ont pas fait l’objet d’une répression majeure et si la police a autorisé la plupart des manifestations contre lui, la gestion des manifestations du 14 janvier de l’année dernière a été plus musclée, ce qui a suscité la condamnation des défenseurs des droits de l’homme.

Related posts

Osinbajo : « La collaboration est essentielle pour assurer la stabilité et contenir la crise humanitaire dans la région du lac Tchad »

Franklin NIMPA

Soudan: le premier ministre Abdallah Hamdok démissionne

Armense Nya

Patrimoine colonial : Où sont passés les trésors de l’Afrique ?

Franklin NIMPA

Handball : Cameroun-Angola, l’affiche de la finale

marie Lisette Zogo

Gabon : Aubameyang diagnostiqué avec des « lésions cardiaques » après avoir quitté l’isolement COVID

Franklin NIMPA

Leave a Comment